Jupiter: Le destin de l’Univers (2015)

Jupiter : Le Destin de l'univers

Réalisé par Lana Wachowski, Andy Wachowski

Avec Mila Kunis, Channing Tatum, Sean Bean
Pays:   États-Unis
Genres : Action, Aventure, Fantastique, Science Fiction
Durée : 2 h 04 min
Année de production : 2015
3/10

Oh, my god!Jupiter : Le destin de l'Univers : Photo Channing Tatum, Mila Kunis Que la déception est grande! Jusqu’ici, je ne pensais que du bien du cinéma des Wachowski, et même si je redoutais cette dernière réalisation, j’avais un espoir dans leur talent à transgresser les codes du genre, en mettant en application un scénario bien écrit, sans oublier l’inventivité et leur savoir-faire en terme de mises en scène. Loupé! Y a pas grand chose a retenir de cette superproduction. A croire que lorsqu’ils ont des moyens, ils gâchent leurs talents.

Sur le papier, le concept du film ne rassurait pas. A l’écran, malheureusement ça se confirme! A vouloir faire dans l’innovant, on se perd dans des palabres imbuvables agrémentés d’un gloubi-boulga d’effets visuels totalement indigestes.

Alors rentrons un peu dans le sujet de ce Space-Opéra, même si je suis totalement resté hermétique à l’environnement. Une princesse en devenir, récureuse de chiottes, secourue par un homme chien, aux baskets volantes vont lutter contre des lézards volants complotant avec la fratrie Abrasax sous la bienveillance des Veilleurs, des hommes aux allures de chouettes qui peuvent devenir invisibles. Dans quel but? Pour créer un sérum de jouvence pour avoir la vie éternelle à partir de bouillon d’humain, histoire de battre le record de longévité de mamie Abrasax qui a vécu 91 000 ans. Cet univers manichéen brouillon et chargé ne permet jamais au spectateur de rentrer totalement dans le film tellement l’hilarité autour des personnages et des situations est grande. Le film n’a aucune cohérence. La réflexion spirituelle de bas étage autour de l’amour, la réincarnation et la consommation est totalement inconsistante. Chaque dialogue est creux et le cupide et irritant Balem avec sa voix de léthargique nous pousse à lui mettre une bonne gifle. Les personnages sont tous bordéliques et insignifiants. Je ne parlerai même pas des interprétations de chaque acteur. Avec de tel rôle, je crois qu’on ne peut pas grand chose pour eux.

Alors si on ne rentre pas dans le monde de Jupier, peux-t-on espérer se divertir avec les scènes d’actions? Et bien non, vous risquez d’être toujours aussi hilare munie de vos chaussures volantes! Les envolées terrestres sont redondantes et sans aucun intérêt. C’est ennuyeux, ça l’est encore plus quand on sait que tout ce petit manège à couter 175 millions de dollars! Et même si ça semble explosif par moment, nous sommes continuellement en retrait à chercher notre personnage dans cette vaste immondicité numérique. Les innovations technologiques qu’ont mis en place les Wacho dans le passé ne sont plus là. Eux qui détenaient une identité visuelle au fil de leur filmographie nous pondent du pixel dégoulinant à foison, sans âme, calqué sur bien d’autres productions. Le fond vert est bien présent et vous fera saignez les yeux! Et quand c’est du tout-numérique, c’est pas bien mieux. Et quand c’est piloté par un homme-chien, il nous reste qu’une chose à faire: subir le film.

Un bug dans la matrice Wachowski? Cette souillure légitimée par toutes les critiques restera malheureusement dans la filmographie brillante des Wacho! On espère qu’ils se relèveront de ce Space Opera baroque et purgatif.

34 commentaires sur “Jupiter: Le destin de l’Univers (2015)

  1. oui Zack, t’as raison, t’as oublié les effets rollers volants qui picotent les yeux….à mourir de rire….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.