Kingsman: Services secrets (2015)

Kingsman: Services secrets

Réalisé par Matthew Vaughn

Avec Taron Egerton, Colin Firth, Samuel L. Jackson
Pays:   Royaume-Uni,   États-Unis
Genres : Action, Aventure, Comédie, Crime
Durée : 2 h 09 min
Année de production : 2015
8.5/10

Suite à l’adaptation du comics Kick Ass de Mark Millar, le réalisateur Matthew Vaughn réitère de nouveau une brillante association avec l’auteur de comics ainsi qu’avec Dave Gibbons connu pour son travail sur Watchmen, pour nous offrir un film autant inspiré que ravagé!

Lorsque le réalisateur sort un film, on sait qu’on va être rapidement surpris par une mise en scène dynamique et innovante. Dans cet univers influencé par James Bond associé au côté « so british » du réalisateur, le film ne se contente pas d’être une simple parodie. Il reprend les rouages du bon film d’espionnage, tout en incluant de l’autodérision sous couvert d’un scénario démoniaque mettant en scène des images aussi fluides que débridées.

Au départ, on est face à une troupe de jeunes recrues mise à l’épreuve dans des entrainements hors normes pour évaluer certes leurs conditions physiques mais surtout mentales. Au premier abord, on a la crainte de se retrouver dans ce genre de film où des jeunes teenagers se pensent adultes et se tapent la bourre pour devenir le meilleur en tuant les autres. Le concept est un peu différent avec des apprentissages bien pensés. Tout sera une excuse pour trouver l’élu et ainsi avancer dans un scénario qui apportera son lot de rebondissements tout le long du film. Taron Egerton, archétype du jeune « wesh wesh » rappeur, a une dégaine en totale opposition avec celle de son mentor Colin Firth. Une volonté qui provoquera une transformation payante et jouissive. Il deviendra « presque » aussi classe et déjanté, irrévérencieux et irrésistible, que Colin Firth. Performance exquise de ce dernier qui nous surprend face à un rôle en total opposition avec ce qu’il nous avait déjà offert jusqu’ici. De son timbre de voix à sa prestance, il en impose le Colin (de quoi nous faire oublier son fameux Ugly Sweat!).

Dans le rôle du bad guy, nous avons le droit à un personnage zozotant, accoutré de nombreux couvre-chefs, pas du tout en raccord avec l’acteur vieillissant Samuel L. Jackson. Paradoxalement, ce grand méchant veut tuer tout le monde mais déteste la vue du sang! Cependant c’est sa particularité et le second degré qui le rendent autant atypique qu’intéressant. Son acolyte aux pieds de sabre aurait mérité un peu plus de profondeur. Elle semble venir découper ses victimes sans vergogne, il aurait été peut-être bon d’en savoir un peu plus sur sa personnalité.

L’anticonformisme de Vaughn nous vaudra quelques pépites en matière de séquence. Celle qu’on retiendra en priorité est la scène de massacre dans l’église. La situation extrême et poussive est juste hilarante quand on sait que notre gentleman Harry Hart va rapidement dézinguer une cinquantaine de catholiques radicaux dans la maison de Dieu sous fond de Lynyrd Skynyrd! Une prouesse de mise en scène, mise en boite en 8 jours, dévoilant un faux plan séquence totalement abracadabrant et pétulant! Beaucoup de scènes valent le coup d’œil mais nous ne sommes pas prêts d’oublier le final explosif. Un véritable feu d’artifice d’explosion de cervelles qui aura l’intelligence d’être symbolisé par une incandescence synchronisée de particules colorées transformant l’effroyable barbarie en un véritable ballet orchestré par la symphonie Pomp & Circumstances (1904) d’Edward Elgar.

La bande-son aidera au plaisir du film autant sur les compositions originales que les musiques artistiques typées année 80, à la fois très rock et très funk. Des choix particuliers quand on les écoute de façon isolée mais qui fonctionnent à merveille lorsqu’elles sont mêlées habilement aux images colorées et réjouissantes.

Matthew Vaughn a su se hisser au rang de la prestigieuse liste des réalisateurs contemporains créatifs et influents qui savent divertir avec du blockbuster de qualité! Avec une mécanique parfaitement huilée et une violence bien appuyée, Kingsman est un film frais et divertissant, assuré de main de maitre par son interprète Colin Firth.

2 commentaires sur “Kingsman: Services secrets (2015)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.