Kong (2017)

Kong - Skull Island

Réalisé par Jordan Vogt-Roberts

Avec Tom Hiddleston, Samuel L. Jackson, Brie Larson
Pays:  États-Unis
Genres : Action, Aventure, Fantastique
Durée : 1 h 58 min
Année de production : 2017
6/10

Kong est caractéristique de la démesure Hollywoodienne. Le film a vocation d’être une nouvelle saga, afin de s’entremêler avec d’autres monstres, mais loin d’être à la hauteur du mythe du véritable King Kong. Il est évident qu’il était inutile de faire un « remake » du monstre poilu, surtout que la version de Peter Jackson était suffisamment aboutie. Mais le réalisateur Jordan Vogt-Roberts impose ici sa nouvelle vision d’un monstre géant, impitoyable, sans état d’âme et gargantuesque, au sein de la saga MonsterVerse mis en place par Warner.

Résultat de recherche d'images pour "kong skull"On est rapidement dans le contexte, sur une île isolée face au colosse. Les créatures sont bien intégrées, assez originales et les effets spéciaux sont maitrisés, mais ne suffisent pas à faire oublier le scénario inexistant. Dès le début, la situation est ubuesque. Les hommes bombardent, du haut de leurs hélicoptères, une île inconnue à coup de bombes au napalm nous rappelant Apocalypse Now. Logique quand on cherche à visiter un lieu vierge et sublime de venir défoncer un si beau paysage (Ndlr: le tournage a été effectué au Viet Nam, faut-il y voir un signe). Enchainant  les scènes dantesques et délirantes, on se retrouve encerclé par une horde de différentes créatures, parfois sympathiques, parfois affreuses. A la limite extraterrestre, les Skullcrawlers viennent remplacer le terrifique T-Rex pour combattre le grand Kong. Toutes les créatures Kaiju sont impressionnantes par leurs tailles mais la pieuvre Mire Squid remporte la palme de la plus majestueuse, enlaçant notre ami Kong qui se débattra pour lui bouffer quelques tentacules. Tout est combat, peu de dialogues ne permettent pas de construire solidement la saga. C’est souvent régressif et n’a aucun sens sur le plan narratif. La vraie intention/intérêt du film est de voir King mettre une branlée aux hommes et aux autres créatures.

Le personnage de Samuel L. Jackson est pauvre et ultra-cliché. Tellement arrogant, qu’on attend qu’une seule chose, le voir se faire piétiner! Tom Hiddleston ne parvient pas à relever le niveau, il ne fait que figuration, triste de l’apprendre quand on sait que c’est le « héros » du film! A part un petit clin d’œil, oubliez la relation amoureuse entre la belle blonde et Kong, rendant le film un peu pauvre au niveau des émotions.

Beaucoup de points négatifs contrebalancés par une magnifique réalisation, une sublime photographie (même si parfois trop contrastée ou jaunie) et surtout un magnifique et imposant Kong qui depuis près d’un siècle nous régale par ses apparitions au cinéma.

Après Godzilla, Warner entretient pour notre plus grand bonheur son MonsterVerse intégrant maintenant l’imposant Kong. Impressionnant et pourtant pas bien captivant, on espère que l’ultime confrontation sera bien plus engageante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.