Kung Fu Panda 3 (2016)

Kung Fu Panda 3

Réalisé par Jennifer Yuh, Alessandro Carloni

Avec Jack Black, Bryan Cranston, Dustin Hoffman
Pays:   Chine,   États-Unis
Genres : Action, Aventure, Animation, Comédie, Familial
Durée : 1 h 35 min
Année de production : 2016
7/10

Kung Fu Panda 3 est le moins bon épisode de la saga, il n’en reste pas moins un film d’animation divertissant, faisant une des trilogies animées les plus réussies. Certes, il faut adhérer au personnage crétin de Po, aux innombrables compagnons qui l’accompagnent et du méchant charismatique qui vient ébranler toute la quiétude de ce petit monde. Une structure maintenant bien rodée, qui mêle autant le rire que l’action.

Comparé aux deux autres, cet opus manque un peu de ce qui le caractérise, c’est-à-dire de la bonne baston. Généralement on en prend plein les yeux et là c’est un peu frustrant de ne pas être dynamisé par les rebonds des personnages et frappé par leurs puissants pouvoirs. Si le film n’oublie pas d’en proposer, c’est à petites doses, en introduction et en conclusion. Peut-être parce que l’approfondissement des personnages avec l’arrivée de Li Shan, le père de Po, est un moyen indirect de faire évoluer la saga.

Afficher l'image d'origineLa réalisation de Jennifer Yuh et d’Alessandro Carloni est magnifique. La co-réalisation entre DreamWorks Animation et Oriental DreamWorks à Shangaï, permet d’apporter une double culture et le résultat s’en fait ressentir. Nous sommes toujours autant émerveillés par les couleurs que par les mouvements de caméra avec l’intégration des multiples plans scindés, hommage aux jeux vidéo US et à la Japanimation. Lors des flash-back, les illustrations par le dessin « à l’ancienne » sont de toute beauté, nous rappelant que la 2D bien crayonnée peut être magnifique, même si l’infographie semble bien se cacher derrière. Hans Zimmer revient à la composition de la bande originale et respecte l’environnement déjà créé par le passé. Si jusque-là, la réussite de la saga fonctionne, qu’en sera-t-il au bout de 6 épisodes? La routine s’installe, il ne faut pas tomber dans le piège du film facile au risque de faire basculer Po dans une mauvaise saga.

Si KFP 3 sent un poil (de panda) le réchauffé, il a le mérite de poursuivre en toute quiétude une franchise déjà bien rodée, aux références et codes bien établis. Fortement recommandée à ceux qui ont apprécié les deux premiers volets, cette suite reste une valeur sûre du film d’animation. On aurait cependant souhaité que la saga se conclut sur cette trilogie, au risque de devenir répétitif sur les prochains épisodes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.