La La Land (2017)

La La Land

Réalisé par Damien Chazelle

Avec Ryan Gosling, Emma Stone, John Legend
Pays:  États-Unis
Genres : Comédie, Drame, Musique, Romance
Durée : 2 h 08 min
Année de production : 2016
7.75/10

 Le talentueux réalisateur, à l’oreille musicale, revient avec un nouveau film à la tonalité colorée, pour venir encore rafler quelques Oscars. Devenu le plus jeune réalisateur oscarisé, Damien Chazelle signe une œuvre prenante, romantique et accomplie.

Image associéeLa scène d’introduction avec son (faux) plan-séquence nous met directement dans l’ambiance. Installé sur un échangeur d’autoroute, les danseurs, les voitures, les couleurs, la musique et les mouvements de caméra nous animent, nous laissant subjuguer face à la gaieté de la scène. Dès les premières minutes, on a la banane face à la fraicheur de la mise en scène de Chazelle. Ensuite vient un moment un peu plus pénible avec la rencontre de Mia et Sebastian qui prend un peu trop de temps à s’installer. Entre regards furtifs et approches amoureuses mielleuses, on est parfois ennuyé de les voir construire leur idylle. Mais le réalisateur arrive à chaque fois à nous convaincre que son histoire d’amour est unique par l’adjonction de jolies scènes chorégraphiées à la sensationnelle photographie, sous le regard de la ville de Los Angeles, plus particulièrement Hollywood. Le travail sur l’image fait ressortir tout le romantisme de la ville Américaine, tel que Paris, devenu la référence des films romantiques.

Les deux acteurs, même si loin d’être professionnels en terme de danse, retranscrive parfaitement les chorégraphies imposées. Toujours dans la douceur et dans la justesse, on apprécie les petits pas d’Emma Stone et de Ryan Gosling. Les mises en lumière en temps réel sont magnifiques et intelligemment bien construites, plongeant les décors dans l’obscurité pour ne laisser que le personnage principal dans la lumière. Pourtant, le charisme de Stone à parfois du mal a percer l’écran, tout comme Gosling réputé être une « endive », mais ils dévoilent à eux deux un jeu d’acteur et de danse juste et attendrissant.

Quelques moments de passivité plus tard, on n’imagine pas que tout a été construit pour nous surprendre gracieusement dans l’épilogue. L’amour et la complicité des deux personnages ayant transpercés l’écran, nous faisons un bond un peu rapide… 5 ans plus tard. La coupure ne serait-elle pas un peu trop rapide, ne nous laissant pas assez de temps pour les voir s’isoler et ainsi pleinement apprécier leurs retrouvailles? Du tout. De l’eau à couler sous les ponts, dès les premières notes de musique, le rêve se déploie, emballant notre cœur qui bat au rythme des touches du piano dans la totale incompréhension des cinq années passées-effacées. Le cœur crevé, on suit inlassablement ce grand feu d’artifice de couleur face à un amour grandiloquent. Un coup fatal qui nous laisse dans l’émotion d’un amour infinie. Putain que c’est beau!

Si on doit reconnaitre le talent du réalisateur, il ne faut pas oublier sa complicité avec le compositeur Justin Hurwitz, du même âge, qui par ses mélodies « Jazzy » nous emporte totalement. Laland devient un des films qui possède une des belles bandes originales, normal pour un film musical me dira-t-on!

Laland revisite la comédie musicale avec fraîcheur. Une histoire d’amour pas toujours exaltante et pourtant on a le cœur lourd et attendrit face à l’amour de Mia et Sebastian. Ah l’amour, c’est beau et triste à la fois!

1 commentaire sur “La La Land (2017)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.