Life: Origine inconnue (2017)

Life: Origine Inconnue

Réalisé par Daniel Espinosa

Avec Jake Gyllenhaal, Rebecca Ferguson, Ryan Reynolds
Pays:  États-Unis
Genres : Horreur, Science Fiction, Thriller
Durée : 1 h 44 min
Année de production : 2017
8.75/10

La comparaison avec Alien est inévitable. Life est une revision du mythique monstre enfermé dans une station spatiale, loin de toute civilisation, sans que personne puisse vous entendre crier. Habillement amenée, la petite créature mignonne et douce, sous ses aspects de méduse de Mars, va rapidement créer la terreur en étant mobile avec la faculté de se glisser dans de petits recoins, prêt à bondir sur les astronautes, et au passage nous faire bondir, nous spectateurs, sur notre siège.

Image associéeCalvin, la créature tentaculaire conserve tout son mystère. La force du film n’est pas de poser des théories sur l’origine extraterrestre mais plutôt de savoir comment gérer un organisme étranger en temps réel alors qu’elle évolue à grande vitesse. Calvin est là, fait partie intégrante de l’équipage et on a finalement peu de temps de se poser des questions. La survie de l’équipage est intense. Mettant en avant la créature, le casting, certes de qualité, passe ainsi au second plan (même Jake Gyllenhaal!). Au départ simple cellule Martienne, Calvin prend de l’ampleur au fur et à mesure qu’il (ou elle) s’alimente d’un point de vue aussi bien physique que cérébral jusqu’à en devenir un super prédateur féroce. Certaines scènes sont assez gores et la prestation de Ryan Reynolds, qu’on aime ou pas l’acteur, nous anime dès lors où il se trouve face à face avec la créature! Life reste un bon film de S-F à consonance horrifique. Il y a de l’hémoglobine, mais juste assez pour ne pas s’ancrer dans le film d’horreur.

Les effets spéciaux et la réalisation en général sont de qualité. En outre il y a du spectacle, de la tension, quelques frissons et une bande son très correcte. Les séquences horrifiques alternent adroitement les jeux de cache-cache et de pourchasse infernale pour la survie. On serre les dents dès lors où la créature se rapproche, on appréciera les quelques envolées à l’extérieur de la station et au final on a l’impression d’avoir pleinement fait partie de l’aventure. Et puis la fin, même si on s’attend bien au pire, nous plonge dans une réjouissante et lugubre conclusion, attaché à un oppressant thème musical! On en redemande!

Un survival au scénario simple mais efficace. Palpitant, intense et effrayant, Life ne dévoile aucun temps mort et devient la bonne surprise S-F de l’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.