Lovely Bones (2009)

Lovely Bones

Réalisé par Peter Jackson

Avec Rachel Weisz, Mark Wahlberg, Susan Sarandon
Pays:  Royaume-Uni,   Nouvelle-Zélande,   États-Unis
Genres : Drame, Fantastique, Science Fiction, Thriller
Durée : 2 h 08 min
Année de production : 2009
7/10

Attendu par beaucoup, surtout parce que c’est une réalisation made in Peter Jackson, ce film a fait pas mal parlé de lui face à des critiques de spectateurs déçus mais aussi par des critiques d’émerveillement sur un film beaucoup plus intimistes que les précédents. Alors est-ce le fruit d’une notoriété bien fondée ou véritablement un bon film? Et bien je dois dire que j’en ressors satisfait, avec des passages émouvants et surtout le souvenir d’une scène admirablement et profondément sinistre dans une cave qui me semble pas si étrangère au vu des six derniers mois passés sur le court « Justice » de l’association BoM.

Dès l’introduction, on est captivé par une image lumineuse, avec des plans lents qui font monter une certaine intensité chez le spectateur face au drame qui va s’installer en milieu du film, mais qui est clairement annoncé au tout début de ce long-métrage. Des très gros plans atypiques sur des objets ou des mains font grandir l’immersion du spectateur au sein de la famille Salmon.

Les acteurs sont les éléments porteurs du film. Mark Whalberg ou encore Stanley Tucci (qui me fait penser beaucoup dans son rôle à Peter Stormare), sont très bons dans leur rôle respectif des années 70 (graphisme qui m’a fait penser au très récent The Box). Rachel Weisz, plus discrète est néanmoins touchante. Susan Sarandon fait son job d’actrice même si son rôle sert à rien. Saoirse Ronan, joue très bien mais j’aurai préféré Annasophia Robb qui aurait sublimé le rôle.

Sans grandes surprises au niveau du scénario, le film possède une ambiance particulière et plutôt bien soignée, il n’en reste pas moins une belle liste de points négatifs…

Tout d’abord les effets spéciaux, on est loin du travail de Weta Digital sur King Kong ou la saga du Seigneur des anneaux. Il y a énormément d’incrustations chromakey, là n’est pas le véritable souci si cela est bien fait. Ici on a des détourages de personnages grotesques et à chaque plan du coté de l’au-delà on a imagine la jeune actrice face à son fond vert tellement l’incrustation saute au yeux.

Ensuite deuxième point négatif: la voisine aux cheveux brun qui a des visions sert à quoi dans le film? Elle sert strictement à rien, à part apporter un moment de romance à la fin du film qui dure trois plombes en parallèle d’un coffre-fort qui met une éternité à rouler dans la déchetterie au vu de son poids écrasant. C’est dommage, c’est la seule scène ridiculement longue alors que juste avant le tueur a mis son coffre fort dans la voiture tout seul qui était à l’origine dans sa cave. Incohérence?

Enfin, pourquoi ce « pseudo » happy-end?

Quel est l’intérêt de voir le tueur mourir de façon totalement ridicule alors que ca n’apporte absolument rien au dénouement de l’histoire même si la scène est très bien foutue. J’aurai plutôt vu un le tueur en liberté afin de pousser l’aspect inconfortable qu’à subit le spectateur jusqu’à là et pointer du doigt que dans notre monde de tous les jours on peut croiser ce genre d’individus en rentrant chez nous.

Et puis c’est quoi cette phrase de fin ridicule: « Je vous souhaite à tous une longue et heureuse vie »? C’est franchement niai de sortir ça en conclusion :shock: .

Je ne jugerai pas l’adaptation du roman La Nostalgie de l’Ange d’Alice Sebold que je n’ai pas lu, mais juste un long-métrage qui avec ses défauts multiples reste un film plaisant et touchant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.