Minority Report (2002)

Minority Report

Réalisé par Steven Spielberg

Avec Tom Cruise, Max von Sydow, Steve Harris
Pays:  États-Unis
Genres : Action, Mystère, Science Fiction, Thriller
Durée : 2 h 25 min
Année de production : 2002
9/10

Je pense qu’on est tous unanime sur ce film inventif. Y a rien à dire on prend plaisir de bout en bout face à la réalisation parfaite du maître Spielberg (et faut le voir sur le tournage c’est vraiment un mec qui est à fond sur les tournages) et un scénario captivante basée sur une histoire écrite par le très talentueux Philip K. Dick.

L’histoire met en avant un souci moral et légitime sur la conscience de l’homme. A la fois il est capable de sacrifier 3 humains pour les enfermer et ainsi faire marcher Précrime pour offrir le confort et la sécurité aux citoyens. Mais aussi d’arrêter des pseudo-meurtiers avant qu’ils n’agissent sur leurs crimes, alors que l’on sait pas si celui-ci sera véritablement commis. Deux questions soulevées durant l’intrigue, qui fait que, certains veulent se battre pour arrêter cette institution, bien que durant 6 ans aucune faille fût répertoriée. Mais c’est une enquête assez noire sur les entrailles du système que Anderton/Cruise va être amené à découvrir jusqu’à y être totalement engagé.

Les décors sont cohérents, la technique (hologramme, publicité à outrance…) est bien pensée, l’image (la photographie) en surexposition rend l’univers à la froide et futuriste et qui nous fait rentrer agréablement au cœur de l’intrigue. Les effets spéciaux ne polluent absolument pas le film, c’est utilisé à bon escient. La scène dans l’entreprise de fabrication de voiture est sublime. Reprise par une idée que voulait tourner Stanley Kubrick avec deux individus discutant sur une chaine de fabrication, Spielberg réussi magistralement cette scène remarquablement bien chirographié, laissant place à un beau combat entre Cruise et Farrell. La scène avec les jetpacks elle aussi donne du punch au film. Mais même sans scène d’action, on croque l’histoire à pleine dent. En plus de voir un Cruise en grande forme, un Farrell froid et rigoureux, on a le droit aussi à l’excellent Peter Stormare, la morve au nez, en tant que chirurgien bien ragoutant. Scène d’ailleurs qui amène sont lot de tension avec l’intrusion des araignées électronique dans l’appartement. D’ailleurs, un des plus beau plan séquence a été réalisé ici, avec une caméra qui passe d’appartement en appartement en vu de dessus, montrant la vie souvent tumultueuse du voisinage qui est arrêté par un contrôle d’identité rétinien, pour reprendre son cours normal quelques secondes plus tard. Scène magique techniquement.

La seule petite incohérence que je soulève est sur l’absence des autorités (chose qui arrive jamais) au moment le plus crucial de la vie d’un agent, ici Anderton, qui selon les visions des jumeaux et d’Agatha va commettre un crime. Mais face à une histoire solide, avec ce mélange de technique et de psychologie on fait table rase de ces quelques petits ambiguïté qui rode par ci, par là. La complexité et l’imprévisibilité du scénario (franchement fallait y penser aux échos) font de Minority Report un film de science-fiction unique en son genre.

On peut le dire, c’est un chef-d’œuvre d’anticipation et de la science-fiction, sur l’ère la plus mature de tonton Spielberg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.