Moi, Moche et méchant 3 (2017)

Moi, Moche et Méchant 3

Réalisé par Kyle Balda, Pierre Coffin

Avec Steve Carell, Kristen Wiig, Trey Parker
Pays:  États-Unis
Genres : Action, Animation, Aventure, Familial, Comédie
Durée : 1 h 30 min
Année de production : 2017
5.5/10

Image associéeBattant des succès mondiaux du box office tel que Le Roi Lion, il était évident que la franchise allait s’étendre à la trilogie, sans oublier le spin-off des Minions. Avec une rentabilité aussi astronomique, le risque est finalement minime mais l’inventivité sera vite écartée pour ce nouveau segment de la saga. Entre la dynamique introduction et l’explosif segment de fin, que reste-t-il entre les deux? Beaucoup de vide. Car même si on nous a rapidement aidé à aimer la saga avec ses gentilles créatures, Les minions, et son satirique personnage Gru, il s’avère que ces suites à répétition n’apporte pas grand-chose, en tout cas pour le spectateur!

Déjà sur le second opus, on était rapidement lassé par une histoire sans grand intérêt, alors qu’une certaine dose de candeur artistique était encore présente, autant dire que cet épisode est déjà celui de trop. Comme souvent dans les troisièmes volets, l’effet répétitif ne passe pas. Gru se voit affubler d’un jumeau. Le voir se dédoubler n’apporte aucune véritable plus-value à l’intrigue. Le manque d’idées est criant du côté scénaristique, ça part dans tous les sens et il n’y a pas de réel fil conducteur.

Il ne faut pas tout mettre à la poubelle non plus. Si on est lassé de voir que cet épisode stagne un peu, on appréciera ce nouveau méchant déjanté sorti des années 80! Son look étrange est drôle et les couleurs surjacentes de ses gadgets font qu’il apporte une pointe d’originalité. On regrette juste qu’il ne s’impose pas plus sur la totalité du film.

Dès lors où l’ennui s’installe sur des formats aussi courts, on s’indigne d’avoir vite voulu découvrir cet ultime opus, tout ça parce qu’il fait parti d’une saga qui a fait ses preuves par le passé et qui vit aujourd’hui sur ses acquis de saga à succès, avant de sombrer dans une saga à $billets$!

Noyé dans un produit de commande sans aspérité et sans cœur, Moi, Moche et Méchant est devenu décevant. La figuration des Minions n’arrive pas à nous faire décrocher un sourire, on en retiendra au moins qu’une seule chose: son nouveau joyeux méchant folklorique, Balthazar Bratt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.