Monde fantastique d’Oz (Le) (2013)

Le Monde fantastique d’Oz

Réalisé par Sam Raimi

Avec James Franco, Mila Kunis, Rachel Weisz
Pays :  États-Unis
Genres : Aventure, Fantastique, Familial
Durée : 2 h 07 min
Année de production : 2013
4/10

Raimi se lance dans un film de commande pour Disney et dans la reprise d’une œuvre culte mais où est passé la patte du réalisateur? Alors que le film faisait peur à certain par ses couleurs surprenantes qui ne sont qu’une reprise du monde de L. Frank Baum et ensuite de celle du premier film, il n’en reste pas moins influencé par beaucoup trop de film pour créer la surprise.

Alors que le film commence en 4:3 et en noir et blanc, on découvre la vie du magicien d’Oz avant qu’il passe à travers le cyclone pour se retrouver dans un monde aux images éblouissantes et revigorantes. Alors que l’histoire fait son chemin, on ne retrouve rien du monde d’Oz si ce n’est que l’environnement. Ce préquel dont Disney n’a pas eu les droits pour avoir les personnages d’origines, nous laisse bêtement chercher Dorothée, l’épouvantail, le lion et le bucheron de fer, et Raimi n’en fera qu’illusion par certaines métaphores les représentant indirectement par d’autres personnages faisant de ce film une « œuvre originale » peu cohérente avec « l’œuvre originelle ». Mais quand on s’attaque à Oz dur de dénaturer le monde que l’on a connu étant en enfant et à force de faire des sous-entendus on se perd totalement dans une autre œuvre qui n’a plus raison de s’appeler Oz oubliant toutes les représentations sociales d’origines.

Alors que les première minutes sont intéressantes à voir, dès qu’on rentre dans le monde d’Oz (et non c’est plus Dorothée qui vient à lui) on s’ennuie. Il n’y a pas vraiment d’enjeux pour provoquer un peu de suspense, il ne se passe pas grand chose et surtout on se fait chier d’un bout à l’autre du film. Les images sont pourtant belles, mais là aussi on va vite déchanter quand on se retrouvera face à la chasse aux sorcières avec des effets (éclairs, boule de feu) plus que douteux. On sent fortement l’influence d’Alice aux pays des merveilles, surtout quand on sait que le compositeur Danny Elfman nous berce par sa belle mélodie dans les deux œuvres, ce qui ne nous aide pas à nous détacher du travail de Tim Burton. Quand les nains viennent à chanter on à l’impression d’être dans le monde de Willy Wanka, mais alors quand la pomme verte est proposé par la méchante reine, on ne voit plus que Blanche neige. Bizarrement on voit de moins en moins l’adaptation de Oz et frustré de voir les personnages métamorphosés.

La magie ne prend pas. Oz interprété par James Franco n’est pas trop mauvais quand il évite de faire ses sourires forcés. Dommage de voir Rachel Weisz joué ce personnage (à la Michelle Pfeiffer), pourtant important au premier abord mais vite oublié par le reste des CGI. Le pire dans tout ça c’est qu’après ce voyage initiatique dans ce monde magique on ne sait pas où aller, pas de retour à la réalité nous laissant sur un point de non retour sans réponse, sans magie, ni rêve.

Une grande désillusion ce nouveau Raimi. Difficile de voir un réalisateur aussi talentueux pour faire Evil Dead ou Jusqu’en enfer de se perdre dans une commande tronquée et décevante. Certainement le même accident que va subir le mois prochain Brian Singer et son Jack le chasseur de géants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.