Nicky Larson et le parfum de Cupidon (2019)

Nicky Larson et le Parfum de Cupidon

Réalisé par Philippe Lacheau

Avec Philippe Lacheau, Élodie Fontan, Tarek Boudali
Pays:  France
Genres : Aventure, Comédie
Durée : 1 h 31 min
Année de production : 2019
8.75/10

Il faut reconnaitre que Philippe Lacheau est un vent de fraicheur dans le paysage de la comédie française. Un acteur-réalisateur qui a su prendre des risques en se confrontant à la virulence des critiques, même avant la sortie en salles du film, des fans du manga et dessin animés.

Nicky Larson était une prise de risque du fait qu’il se devait d’être fidèle à une adaptation assez attendue des nouveaux quinquagénaires, tout en restant accessible en étant une bonne comédie pour la nouvelle génération. Philippe Lacheau, avec son talent à mettre le rire en avant, brillera dans sa mise en scène impeccable.

Nicky Larson est assez jubilatoire sur la majorité du film. Lacheau utilisera par facilité le flash-back pour y intégrer un maximum de blague et gimmicks significatifs à l’œuvre d’origine. La photographie instaure une ambiance particulière qui fleure bon le manga et niveau mise en scène, les séquences d’action sont fluides et inventives. Sexy, les répliques s’accorderont à rendre le personnage tout aussi charismatique que libidineux. L’écriture des dialogues, même si pas toujours très justes dans leur interprétation, est joliment bien pensée pour retranscrire de nombreuses références de la pop culture à la bonne vieille vanne pourrie qui fera esquisser de nombreux sourires au spectateur. Les caméos seront aussi de la partie dont le petit clin d’œil aux chaussettes rouges et jaunes à petits pois de Dorothée.

Image associéeTout le casting est éloquent. Le duo principal fonctionne à merveille. Elodie Fontan s’amuse, Pamela Anderson joue de l’autodérision et jamais on n’imaginerait fantasmer sur les formes cachées « ladesou » de Chantal. Tarek Boudali est retranché à un second rôle mais c’est pour mieux apprécier l’intrusion de Julien Arruti, dans un rôle grandiloquent de demeuré. À lui seul, il vaut franchement le détour, surtout dans la fameuse scène de course poursuite sur un lit face à un méchant qui va virevolter en faisant esclaffer de rire le spectateur! Reste Didier Boudon, un peu moins convaincant, qui dévoilera un twist final un peu bancal.

La bande originale est un attrait important à l’image qui apportera panache et dynamisme, sans oublier là aussi de nombreux clins d’œil. Passant de Lacrimosa Dies Illa de Mozart à Je t’aime de Lara Fabian en passant par Take My Breath Away de Berlin, les mélodies se mélangent pour notre plus grand plaisir.

Philippe Lacheau signe ici un hommage appuyé à notre jeunesse, avec beaucoup de soin et de tendresse. Nicky Larson respecte le fond et l’essence de l’œuvre de Tsukasa Hōjō. Un film adapté pour les initiés ou non du manga. Une comédie française réussie, bravo FiFi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.