Nymphomaniacs – Volume II (2014)

Nymphomaniac : Volume II

Réalisé par Lars Von Trier

Avec Charlotte Gainsbourg, Shia LaBeouf, Willem Dafoe
Pays:  Belgique,   Allemagne,   Danemark,   France,   Royaume-Uni
Genres : Drame, Mystère
Durée : 1 h 59 min
Année de production : 2013
6.5/10

Le réalisateur (ou distributeur) a scindé son film en deux injustement. C’est dommage quand on voit qu’il a le courage de mettre certains propos dans ses films de ne pas continuer dans la provocation en nous balançant son film durant 4h. Certainement indigeste, les distributeurs ont misé sur deux volumes malheureusement découpé au mauvaise endroit à une bonne quinzaine de minutes près.

 La seconde partie après avoir fait le constat sur sa nymphomanie, va faire face à des expériences plus poussées. Une volonté de vouloir s’en sortir au risque de s’enfoncer dans des vis encore plus profonds, plus choquants en y délaissant sa famille (jolie la scène de l’enfant face à la fenêtre, gros clin d’œil à AntiChrist). Le réalisateur y arrive très bien face à Joe totalement habitée par Charlotte.

Casting impressionnant au vu du film et de son réalisateur, chacun d’eux aura une place dans le film mais sera finalement insipide aux yeux de Joe qui se sent finalement très seule. Les scènes avec Jamie Bell même si parfois difficiles captivent, on cherche à comprendre sa volonté à aller plus loin. Celle avec Jean-Marc Barr nous balance des propos tabous mais une réalité qu’il aurait été dommage de ne pas traiter dans ce monde autour des dérives du sexe. En découle une relation ambiguë avec une jeune femme, encore un penchant que le réalisateur n’oubliera pas de traiter. Personne n’est épargné, le spectateur subira parfois des scènes difficiles et un constat parfois lourd pour cette femme, même le personnage chaste qui accompagnera Joe à se livrer totalement révélera in fine son coté obscure.

Charlotte Gainsbourg qui ne se dévoile pas dans la première partie se fait doubler par une jeune alors qu’elle aurait très bien pu le faire elle-même sous les traits d’une adolescente. On ne revient pas sur les dires de Charlotte Gainsbourg [Antichrist] il y a quelques années sur le fait de dévoiler sa nudité face à sa vie privée et sa famille, mais en tout cas il est bon de souligner qu’elle a bien changé dans ses propos en se dévoilant totalement dans cette seconde partie. Tant qu’elle l’assume, pourquoi pas, mais il est loin le temps où montrer sa nudité pouvait la déranger.

Mais qu’est-ce qui s’est passé au niveau des acteurs pour Jérôme?  En effet, lorsque Joe devient mère, son apparence est celle que l’ont connait aujourd’hui auprès de Jérôme joué par Shia LaBeouf qui lui ne vieillit pas. Puis le film avance et paf plus de Shia mais un autre acteur prend ses traits, comme si le réalisateur s’était aperçu de son erreur et fait le changement mais bien trop tard vu que les deux héros se sont vu sous des apparences/âges différents.

Lars von Trier entretient son coté nihiliste et sadique mais arrive à inventer un cinéma toujours différent. A la limite du voyeurisme, cette décadence autour du sexe reste une expérience marquante qu’on peut vomir ou apprécier, le but est de nous faire ressentir une émotion, une envie de débattre et ce con y arrive bien.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.