Petit prince (Le) (2015)

Le Petit Prince

Réalisé par Mark Osborne

Avec André Dussollier, Florence Foresti, Vincent Cassel
Pays:   France
Genres : Aventure, Fantastique, Animation
Durée : 1 h 46 min
Année de production : 2015
6/10

Antoine de Saint-Exupéry fait partie de notre patrimoine français. Entre le mythique billet de 50 francs de la banque de France, les nombreux timbres postaux, les multiples adaptations phonographiques et d’opéras, l’aviateur et poète français doit essentiellement sa notoriété au petit prince. Il était donc normal de lui consacrer un film d’animation 3D après que ce dernier fut, par le passé, mis en scène en série animée (2010), en 4D au futuroscope (2011), dans un film français méconnu (1990), un autre d’origine allemande pas bien plus connu (1990) mais aussi un long-métrage américain (1974), un film russe sorti de nulle part (1966) et un court-métrage en pâte à modeler (1979). Le petit prince a hérité de tous les formats, il lui restait plus qu’à sortir en long-métrage d’animation 3D, une façon de mettre au gout du jour l’œuvre de Saint-Exupéry.

Joliment mis en images par le réalisateur américain Mark Osborne, habitué aux films d’animation, cette production française peut cependant dérouter avec cette œuvre difficilement incarnable. Difficile de rentrer dans le monde de Saint-Exupéry, tant sa poésie est complexe et imaginative. Avec près de 9 ans de travail et un budget de 60 millions d’€uros, il est difficile de parler de rentabilité, même si la notoriété du petit prince lui permettra de s’exporter à l’étranger.

Avec un graphisme simpliste, sans trop de détail et parfois trop lisse, notre œil a mal été habitué avec les blockbusters animés d’aujourd’hui. Ici, le vide se fait parfois ressentir, seules les scènes contées dans le monde du petit prince ont de la personnalité avec une prise de risque engagée. Passant par de la synthèse entre découpes de papier et pâtes à modeler on apprécie le rêve, la poésie et la romance autour du petit prince. Un excellent travail de la part de la société TouTenKartoon qui pour le coup est au-dessus de l’animation standardisée mais qui nous frustrera face à la rareté de ses séquences. En effet, il n’y aura guère plus qu’1/7 du film en stop motion à partir de ses sculptures en papier peintes à la main et animées avec passion 24 fois par seconde.  Dès lors où l’on revient dans le monde de la jeune fille, formatée par une société adulte, la narration est balourde et parfois ennuyeuse. Même si la relation qu’elle entretient avec son vieux voisin est touchante, le rythme nous empêche de nous évader.

Au final, on se rend vite compte que le petit prince ne fait qu’apparaitre en filigrane et ne sera qu’une excuse pour « volumiser » le livre en 3D. Ainsi les scénaristes dévoilent une réflexion pour entretenir son âme d’enfant et exorciser le passage à l’âge adulte au travers des yeux de leur petite héroïne, plus qu’à travers le petit prince, qui lui aura bien grandi.

Un conte bienveillant mais déguisé reprenant par facilité des bribes de l’œuvre de Saint-Exupéry. L’animation est basique, seules les (trop) courtes séquences d’animation où l’on voit le Petit Prince, tel qu’imaginé par Antoine de Saint-Exupéry, sont profitables, poétiques et nous plonge dans ce doux rêve que nous a légué l’auteur.

1 commentaire sur “Petit prince (Le) (2015)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.