Phenomena (1985)

Phenomena

Réalisé par Dario Argento

Avec Jennifer Connelly, Donald Pleasence, Daria Nicolodi
Pays:   Italie
Genres : Horreur, Thriller
Durée : 1 h 45 min
Année de production : 1985
8/10

Entre fantastique et horreur, Dario Argento nous plonge littéralement dans une histoire austère qui remplit cruellement sa fonction. Grâce à la fraicheur de Jennifer Connelly qui obtient ici son premier rôle au cinéma, on passe d’un environnement d’adolescent lucide et lumineux à un monde d’adulte sévère et fermé. Basée en Suisse, là où la rigueur se mêlera à l’exotisme du pays, la jeune actrice du haut de ses 15 ans va interpréter avec maturité un personnage attachant dévoilant un fort potentiel qui lui vaudra la carrière qu’on lui connaît.

A la recherche d’un tueur en série, Jennifer va vite être confrontée à la schizophrénie, la communication animale et l’horreur humaine. Même si le scénario semble tiré par les cheveux (surtout pour la partie animale), Phenomena est avant tout un film qui joue sur son atmosphère et le mystère qui gravite autour d’un tueur en série. Cependant, on peut reprocher le manque de lien entre les crimes qui seront l’amorce de l’enquête et l’effroyable découverte du monstrueux fils sadique protégé par une mère totalement psychopathe. Entremêlé par quelques correspondances avec les animaux qui provoqueront des jolis plans d’envolés d’insectes, le réalisateur semble vouloir mélanger de multiples thématiques. Son audace de vouloir tout mélanger au risque de rendre son œuvre brouillon, dévoilera mystérieusement un thriller fluide et juste.

Dès lors où Jennifer se retrouve chez cette femme brisée qui n’inspirera jamais confiance, sa naïveté et son innocence provoqueront quelques situations sous haute tension. Dès lors où elle tente de s’échapper, nous sommes horrifiés par son mémorable bain dans la fosse remplie de cadavres en putréfaction. Une rare scène qui m’a fait grimacer et qui sera l’amorce de toute l’horreur émergente du film jusqu’à la modérée. Un afflux horrifique d’une intensité incroyable provoquant pas mal de rebondissements. Après avoir vu Les frissons de l’angoisse, Argento semble utiliser le cinéma à des fins thérapeutiques tellement la mère semble au centre de ses intrigues. C’est tout cette étrangeté autour du film qui le rend finalement intéressant.

Aujourd’hui une telle bande originale n’est plus possible. A fond dans le hard rock avec Motorhead et Iron Maiden, la dureté musicale est en total décalage avec les images. Heureusement ancré dans les années 80, on s’en accommode rapidement surtout que le thème musical est assez fascinateur.

Un thriller rondement mis en scène dont l’ambiance devient rapidement inquiétante. Entre poésie et épouvante, la jeune Jennifer Connelly nous subjuguera dans les diverses thématiques ambivalentes qu’abordera le réalisateur Dario Argento.

2 commentaires sur “Phenomena (1985)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.