Pinocchio (2020)

Pinocchio

Réalisé par Matteo Garrone

Avec Federico Ielapi, Roberto Benigni, Marine Vacth
Pays:  Royaume-Uni,   Italie,   France
Genres : Fantastique, Familial, Aventure, Drame
Durée : 2 h 05 min
Année de production : 2019
4/10

Nouvelle adaptation du célèbre roman Italien de Carlo Collodi, Pinocchio de Matteo Garrone s’éloigne du Disney enchanteur que tout le monde connaît. Alors parfois il est bon de ne pas faire du « copier-coller » mais là l’univers est quand même rudement bizarre. Le sourire enfantin et nostalgique va ici rapidement se transformer en un regard troublé et gêné. Matteo Garonne oublie l’essence même du conte original pour composer un livre d’images, bestiaire des aventures déjà vues et revues. Entre la mère escargot, l’affreux thon, la transformation de l’âne, le renard et le chat, les lapins et oiseaux en tous genres, tous aux physiques anxiogènes et repoussants, on a du mal à cerner cette envie de raconter un conte carnavalesque retranchant au second plan la morale du pantin de bois qui veut devenir un petit garçon.

Etiqueta #matteogarrone al TwitterRoberto Benigni, singulier et attachant, est toujours remarquable même s’il livre une prestation feutrée et modérée. Le petit garçon n’est pas mauvais non plus, c’est plus son costume de bois, pas qu’il soit mauvais, qui nous questionne entre images réelles et CGI. Giminy Cricket est peu reconnaissable et déçoit dans sa version. Le problème de cette adaptation, c’est que l’histoire manque franchement de rythme et de lien entre les personnages. On ne comprend pas l’intérêt de certains animaux, tout comme la transformation en âne. Les retrouvailles entre Pinocchio et Gepetto, dans un endroit improbable, au cœur du gros poisson, sont brutales et en deviennent un non-sens. De plus, on s’ennuie souvent même s’il reste des décors soignés à la manière de tableaux interchangeables. Le film a au moins le mérite de vouloir nous refaire découvrir l’œuvre de 1940. Au final, on est sur une œuvre bizarre, baroque et onirique. Aucune émotion. La magie n’opère pas. Restons cependant généreux, au moins par le fait d’avoir expérimenté un conte de façon différente à ce qu’aurait pu proposer Disney.

Dans un paysage cinématographique composé de remakes, parfois bons, parfois mauvais, cette adaptation perd toute l’essence même de ce qui a fait de Pinocchio un succès planétaire. Ou alors droguez-vous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.