Prof 2 (Les) (2015)

Les Profs 2

Réalisé par Pierre-François Martin-Laval

Avec Kev Adams, Isabelle Nanty, Didier Bourdon
Pays:   France
Genres : Comédie
Durée : 1 h 32 min
Année de production : 2015
5.75/10

Le premier film était une douloureuse épreuve de cinéma autour de la comédie française. Empruntant la voie du stéréotype autour de l’Éducation Nationale, les personnages étaient ni drôles, ni intéressants.

Mais alors pourquoi tenter l’expérience de visionnage d’une suite alors qu’on déteste le premier film? Parce que parfois les bandes-annonces, qui certes montrent souvent les meilleurs passages, nous font sourire et éveillent notre curiosité. N’étant pas fan de Kev Adams, ni de la première adaptation de la bande dessinée de Pica et Erroc, j’ai pris le risque de me voir cette suite réalisée de nouveau par Pierre-François Martin-Laval, humoriste récréatif. Et au final, même si ce n’est pas la comédie de l’année, c’est bien meilleur et bien plus divertissant que le premier film.

Pourtant on prend les mêmes et on recommence. Mais dans l’univers éducatif Londonien, là où la rigueur est à son paroxysme, la bande de « profs » du pire lycée de France contre-attaque avec des situations cocasses qui provoquent le sourire! On apprécie les facéties de l’admirateur de Napoléon en la personne de PEF. Isabelle Nanty joue parfaitement son rôle, à croire qu’il est de composition. Arnaud Ducret se révèle en étant le personnage le plus drôle, le genre d’enseignant qu’on apprécie tellement il est mauvais et peu pédagogue. Stéfi Celma revient jouer sa bimbo, même si elle est loin de faire fantasmer… Christian Clavier nous fait sourire et Didier Bourdon vient cachetonner dans un rôle assez discret. Enfin, Boulard quasi plus crédible vu son âge en la personne de Kev Adams fait relativement bien son taf. Avec le censeur, connu par sa personnalité bien crétine de téléréalité, ils arrivent à avoir des moments de discorde assez comiques. Après faut aimer l’humour un peu lourdingue, pas très finaud et apprécier un minimum les personnalités des acteurs, tous plus ou moins connu dans un registre comique. C’est cette nuance et la mixité des âges qui fonctionne pas trop mal, même si toute l’intrigue autour de la petite fille de la reine d’Angleterre n’est pas terrible. Il ne faudrait pas qu’ils nous pondent un troisième opus, au risque de se perdre dans une comédie redondante. Mais là, rien n’est moins sûr.

Même si dispensable, cette suite est bien meilleure que le premier film qui était à la fois pénible et peu drôle. Ici, les situations comiques à l’université de Londres arrivent à nous esquisser quelques sourires, même si les motivations de chacun restent convenues en regard d’un humour formaté. Une comédie française passable, on a évité le pire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.