Prophète (Un) (2009)

« On ne se fait pas d’amis en prison » – Prisonnier de la prison des Baumettes

Un Prophète

Réalisé par Jacques Audiard

Avec Tahar Rahim, Niels Arestrup, Adel Bencherif
Pays :  France,   Italie
Genres : Crime, Drame
Durée : 2 h 35 min
Année de production : 2009
6/10

Après une intervention touchante à mon boulot il y a deux mois d’un prisonnier de la prison des Baumettes de Marseille qui ne mâchait pas ses mot sur l’environnement carcéral, j’espérai voir un film aussi dur que bouleversant… Dès le départ, alors que le jeune Malick se fait piller ses baskets dès l’entrée en prison, je jouissais de voir ce que j’avais entendu. Malheureusement la cruauté de cet environnement est que très peu souligné, c’est décevant. Audirad ne s’attarde pas sur ce point qui aurait du être l’essentiel de l’introduction du film. En effet, Malick va devenir ce qu’il n’aurai jamais du être si il n’avait pas gouté à la prison et c’est bien ce choc de la prison qui aurait du être mis en avant.

La prison n’a aucune ouverture sur l’avenir, aucun espoir de s’en sortir, et même si on est là pour de petits délits en ressort encore plus meurtri, plus méchant, plus détestable… Le réalisateur qui aura loupé son entrée, va mettre en en avant le coté mafieux et malsain de la prison, là où chaque prisonnier tentera d’exister par un « buisness » quelconque qui touchera aussi des gardiens vendus et peu scrupuleux. On glisse peu à peu vers de la magouille, là où Malick va à la fois se rapprocher de son mentor pour ensuite s’en éloigner pour mettre en évidence la trahison sur un fond de racisme et la conclusion qu’il ne faut faire confiance à personne en prison (cf. la citation sous l’affiche du film)… Le déroulement du film se déploie de façon évidente et aucune émotion en ressortira. Niveau interprétation on est dans le vrai, rien à redire de ce coté là que ce soit Tahar Rahim ou tous les autres acolytes.

Le résultat est plutôt positif mais malheureusement j’en suis ressorti peu touché par cette histoire qui aurait pu être bouleversante comme la rencontre que j’ai eu avec le prisonnier de Marseille blessé, pourri et torturé par des années de prison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.