Pyramide (2015)

Pyramide

Réalisé par Grégory Levasseur

Avec Ashley Hinshaw, James Buckley, Denis O'Hare
Pays:   États-Unis
Genres : Horreur
Durée : 1 h 29 min
Année de production : 2014
4/10

Ami d’enfance d’Alexandre Aja, ici producteur, le réalisateur Gregory Levasseur passe derrière la caméra pour la première fois avec ce film qui semblait avoir du potentiel au vu des bandes-annonces. Jouant sur l’intérêt qui gravite autour des pyramides, des sarcophages et des cultes égyptiens, le résultat est bien décevant.

Pourtant soutenu par son pote Aja, on  pensait voir un film d’outre-tombe de qualité. Dès lors où l’on découvre la pointe de la pyramide, on s’imagine apercevoir le sommet de l’iceberg qui nous fait espérer l’assaut d’une majestueuse aventure. Malheureusement, le found foutage, ici synonyme de mise en scène à l’économie n’apporte absolument rien, surtout lorsqu’il est mixé avec d’autres caméras extérieures à l’aventure. Sans grande surprise, la quasi totalité du film se déroule dans le noir avec pour seul éclairage la lampe des intervenants, rendant encore plus pauvre la production.

Notre seule véritable attente se résume à la rencontre finale qui se trouve au bout des kilomètres de couloirs en pierres. Pour en arriver là, l’équipe d’archéologue en herbe va vite tourner en rond rendant l’histoire redondante, alors qu’au départ elle était attrayante. Au centre de la pyramide, ressuscitera Anubis, dieu funéraire, maître des nécropoles et protecteur des embaumeurs, représenté comme un grand canidé noir. Pas une mauvaise idée en soit et ça nous change des momies! Toutefois, sa représentation furtive, même si frustrante, aurait dû en rester là. Dès lors où l’on approche la bête, on s’engage dans une totale désillusion, autant sur sa forme que sur ces textures d’embaumement rendant le monstre trop « plastique » et artificiel. Même pas une petite bandelette en guise de papier toilette!

Confiné, enfermé, jamais le film n’éveillera notre claustrophobie. Neil Marshall avait rondement réussi son pari avec The descent, ici nous sommes dans un ersatz de piètre qualité. Coté casting, pas de Pépita, ni de Patrice Laffond, ici nous avons le droit à d’illustres inconnus.

Enfermé au fin fond d’une pyramide, jamais le spectateur ne sera effrayé. Ni le coté épouvante, ni l’aventure nous captive réellement. C’est franchement dommage au vu du producteur derrière ce film et surtout du mystère qui rode autour des pyramides, une amorce pourtant facile et intéressante.

2 commentaires sur “Pyramide (2015)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.