Quatrième dimension (La) (Série télévisée) (1959-1964)

 

La Quatrième Dimension
Résultat de recherche d'images pour "twilight zone"Création: Rod Serling
Pays: Drapeau des États-Unis Etat-Unis
Genres : Série anthologie, Fantastique, Science-fiction
Nb. de saison : 5
Nb. épisodes : 156
Diffusion : 2 oct. 1959 – 19 juin 1964
Série télévisée

Nous sommes transportés dans une autre dimension, une dimension faite non seulement de paysages et de sons, mais aussi d’esprits. Un voyage dans une contrée sans fin dont les frontières sont notre imagination : un voyage au bout de ténèbres où il n’y a qu’une destination : la 4ème dimension ».

  

 

Voici un rapide coup d’œil sur la série. Le but est de synthétiser un maximum la série et de lui faire honneur en mettant en avant les meilleurs épisodes…

 

 

Saison 1 (1959-1960)

Pilote: Inédit en France (1958): L’idée d’être seul au monde date depuis longtemps. Mais quand l’espace temps se mêle à cette solitude on prend notre première claque face à une série qui présagera que du bon – surtout en raccourcissant le format! 4.5/6

1×1.Solitude: Premier épisode, ca commence fort. Pas pour le faite que l’homme soit seul au monde (idée reprise du pilote) mais pour sa morale finale. Le premier homme sur la lune n’existait pas encore, c’est hallucinant cette perception du futur et cette conclusion sur la solitude – A méditer sur nos prochains voyages. 5.5/6

1×2.Pour les anges: Négocier son départ dans l’au-delà c’est possible mais a quel prix. La fin est bien chouette. Un bon épisode 4/6

1×3.La Seconde Chance: La morale est mignonne! Au pays des cowboys, la vengeance ne doit pas exister, même avec une potion. 3/6

1×4.Du succès au déclin: Une actrice ne veut pas vieillir, la seule solution est de se voir dans ses films, au risque de s’y perdre. 3/6

1×5.Souvenir d’enfance: Retour dans le passé ou le passé vient dans le présent. Un épisode sur la nostalgie autour de notre enfance. 4/6

1×6.Immortel, moi, jamais !: Négocier son âme avec le diable, c’est un peu l’histoire sans fin. 4.5/6

1×7.Le Solitaire : Terminator était plus jolie. Mais quand on s’attache à un robot, le risque est de se retrouver de nouveau seul. 5/6

1×8.Question de temps: Poétique. Un épisode très sympa, avec une jolie interprétation autour du temps, du travail et de la solitude. La fin est juste affreuse (dans le monde de oui-oui). 5/6

1×9.La Poursuite du rêve: Dès que l’homme se relève de son lit de repos, j’ai compris ce qu’il deviendrait. Mais la métaphore autour du rêve est aussi sublime que la femme qui vient le hanter. 6/6

1×10.La Nuit du jugement: Le purgatoire d’un homme sur un bateau ce qui a certainement inspiré le film Triangle. 4/6

1×11.Les Trois Fantômes: La folie d’un homme, puis d’un autre. La conclusion est juste étonnante, faut pas comprendre mais juste acquiescer. 4.5/6

1×12.Je sais ce qu’il vous faut: Encore une fois un titre qui en dit trop, ce qui n’enlève pas toute la magie du personnage à la mallette magique! 5/6

1×13. Quatre d’entre nous sont mourants: Fallait penser à l’idée de la transformation du personnage. En plus y a plein d’astuce en termes de réalisation entre miroir et réalité. 4/6

1×14. Troisième à partir du soleil: Sur le coup je me suis dit mais on nous amène où? Et punaise je me suis fais totalement niqué sur la fin, je n’avais pas vu venir le truc. 4.5/6

1×15. La flèche dans le ciel: Bon là on m’aura pas deux fois, j’ai cramé le twist avant la fin. Un bon épisode bien prenant, il aurait juste du être placé à un autre endroit dans la saison. 4.5/6

1×16. L’auto-stoppeur: Le fantastique rode autour de nous, là aussi j’ai compris le truc assez rapidement mais la mise en scène est encore de rigueur. 5/6

1×17. La fièvre du jeu: Parfois avec une pièce de monnaie on arrive à tenir son spectateur sur un épisode. La quatrième dimension est un peu plus faiblarde cependant 2.5/6

1×18. Le lâche: Voyage dans le temps et paradoxes logiques, un épisode bien sympa surtout pour l’époque. 3.5/6

1×19. Infanterie Platon: La vie, l’avenir, la mort. Un épisode assez basique avec un final cousu d’avance. 2/6

1×20. Requiem: Étonnant. Figé par l’idée. La morale est terrible par contre là c’est du jamais vu. 5/6

1×21. Image dans un miroir: La réalisation, l’image, l’intrigue est juste magnifique. Captivé par cet épisode qui se résume dans une gare routière à une simple histoire de « fou ». 6/6

1×22. Les Monstres de Maple Street: De nouveau une très bonne morale. Pourtant l’épisode tourne un peu en rond sur le suspect « monstrueux » mais le coté pacifique de cette guerre est finalement croustillante. 4.5/6

1×23. Un monde différent: Acteur, personnage, où se positionner dans cette double vie. Un épisode brillant tout comme la réal. 5.5/6

1×24. Longue vie, Walter Jameson: Acteur charismatique, immortalité qui fait rêver, un épisode sympathique. 4/6

1x 25. Tous les gens sont partout semblables: On reste sur les planètes annexes avec une fin sympathique qui peut nous faire réfléchir sur la condition des autres espèces. 3/6

1×26. Exécution : Le traitement est un peu bâclé même si l’idée n’est pas mauvaise mais il manque de piquant dans cette drôle d’exécution. 2.5/6

1×27. Le Vœu magique: Quand on veut on peut, quand on y croit on peut aussi. Un joli épisode sur le monde de la boxe qui nous change d’environnement. 3.5/6

1×28. Enfer ou Paradis : Tout avoir fait rêver et bien faut pas le croire. J’ai aimé la monté en puissance du personnage qui est à la base une belle enflure. 4.5/6

1×29. Cauchemar: Traitement superficiel sur une histoire qui aurait pu être plus profonde. 3/6

1×30. Arrêt à Willoughby: L’épisode m’a pas mal fait penser à La Poursuite du rêve, la réal est un peu moins aboutie mais ca reste un épisode au twist final qui marque. 5/6

1×31.La Potion magique: Un épisode juste et bien emballé. L’idée du vœu est récurrente mais la finalité change. La morale est excellente. 4/6

1×32.Coup de trompette: Encore une idée brillante qui touchera cette fois-ci la mort. D’abord de l’instrument du héros, ensuite de son âme. Idée qui sera reprise au cinéma moult fois. 5/6

1×33.Un original: L’ange gardien est de retour! Un joli épisode plein de poésie. On pense toujours à gagner en confort mais peut-on vouloir revenir en arrière?  4/6

1×34.Neuvième Étage: Kimberley je ne savais pas que tu avais fait immersion dans la quatrième dimension. Un drôle de 9ème étage qui dévoilera de drôles de personnages. 5/6

1×35.Le Champion: La compassion existe chez l’homme. Dans la quatrième dimension ils ne seront pas seuls à être touché. Encore un épisode touché par le talent et la poésie. 5/6

1.36.Un monde à soi: L’idée est excellente mais le rythme est mal proportionné. L’intrusion du narrateur surprend mais finalise à merveille cette première saison de la quatrième dimension. 3.5/6

Saison 2 (1960-1961)

2×1. King Neuf sans retour: Un épisode qui s’inspire du pilote de 1958. La réalité se mêle au rêve mais l’addiction à la série grandit surtout quand les scénaristes nous laissent sur une fin en total contradiction avec la morale. 4/6

2×2. L’Homme dans la bouteille: Whishmaster vient de là! Un génie qui exaucera les vœux d’une pauvre couple deviendra finalement victime de leur succès. Finalement être pauvre et pas célèbre ça a du bon! 4/6

2×3. L’Homme et son double: Quand on est face à sa conscience ca fait réfléchir. Surtout quand celle-ci devient physique. Un épisode qui manque de nervosité, dommage. 3/6

2×4. Allez-vous-en, Finchley !: Les machines prennent le dessus sur un homme. Du rasoir électrique à sa voiture, l’homme n’aurait pas du sous-estimé la technologie. Une morale forte de sens surtout aujourd’hui et qui inspirera certainement les plus grands films de science-fiction du 7ème art. 3.5/6

2×5. L’Homme qui hurle: Attrapé le diable par la queue c’est ce qu’expérimentera notre héros dans cet épisode. La symbolique est parfois bancale. L’idée encore bonne ne sera pas utilisé de la meilleur façon, ni dans un environnement plaisant. 2/6

2.x6. L’Œil de l’admirateur: Au pays des aveugles, les borgnes sont rois. Nous voilà dans un nouveau monde avec de drôle de créature dont la normalité n’a pas le même sens pour tout le monde. Sacrée bon moment, même si on « crame » le twist final avant l’heure. L’image finale marquera les esprits et la série à jamais! 5.5/6

2×7. Les Prédictions: Enfermé dans la psychose, on suit agréablement ce couple qui se cantonne à une machine à prédire la bonne aventure. Superstition quand tu nous tiens. 3.5/6

2×8. Les Robots du docteur Loren: Sans être mauvais, on flaire le final dès le départ. A force de jouer du twist, on comprend rapidement les ficelles de Rod Serling. 3/6

2×9. Retour vers le passé: La quatrième dimension aime jouer avec le temps. Si on apprend de nos erreurs, il n’est pas certain qu’en revenant dans un passé idéalisé qu’on se créera un meilleur futur. 2.5/6

2×10. Futurographe: Un appareil photo qui voit l’avenir. Simple mais efficace. De nouveau la fin étonnera, parce que si on imagine le destin d’un ou deux personnages, on ne pense pas à l’issue finale donné par les scénaristes. Aussi drôle que dramatique. 5.5/6

2×11. La Nuit de Noël: Y a que dans la quatrième dimension que le père Noël existe. C’est joliment raconté surtout pour un épisode réalisé pour cette période hivernal remplie de fête et de magie. 3.5/6

2×12. Poussière: Magie ou destin? L’acteur agaçant par son rire a trouvé son rôle. C’est sympa mais pas révolutionnaire. Ça ressemble un peu trop à l’épisode: La potion magique. 2/6

2×13. Le Retour: Peux-t-on modifier le cours de l’histoire? L’intrusion d’un homme dans l’époque d’Abraham Lincoln changera-t-il sa destiné? Une morale qui n’en fait pas des tonnes et qui garde toute sa crédibilité… si nous pouvions voyager dans le temps. 4/6

2×14. Rien que la vérité: La voiture Christine de Carpenter avait déjà un lien de parenté mais dans la quatrième dimension. Un épisode aussi sympa que son acteur. 4/6

2×15. Les Envahisseurs: Entendre gémir l’actrice tout le long est juste énervant. Mais l’idée originale (qui m’a longtemps trotté dans la tête sur notre place au sein de l’univers) et le twist final est juste magique. Un point positif qui rattrape un rythme un peu redondant. 4/6

2×16. Un sou pour vos pensées: Ce que pensent les femmes a été certainement inspiré de cette épisode. Avec l’acteur de ma sorcière bien aimé, on découvre un don sympa même si pas assez poussé dans son utilisation. 3/6

2×17. Sans escale de vie à trépas: On tourne pas mal en rond dans ce rêve qui n’en fini pas, pourtant la finalité est percutante. Une « destination finale » qui valait le coup d’être prédestiné. Dommage que l’image soit très abimé. 4.5/6

2×18. L’Odyssée du vol 33: Vitesse, espace temps, temporalité, voilà les ingrédients clés de la quatrième dimension. Un retour au temps des dinosaures bien trop furtif. 3/6

2×19. M. Dingle (ou Le Surhomme): Les extraterrestres testent l’homme. L’intelligence mis à profit avec humour sur M.Dingle qui résume finalement bien l’Homme. 4/6

2×20. Parasites: Histoire du temps à travers la radio. On sait où l’épisode va, c’est sympa mais la finalité n’est pas si surprenante. 2.5/6

2×21. Le Manipulateur: La télékinésie au service du jeu. Un épisode sympathique même s’il manque parfois de rythme. 3/6

2×22. Conversation avec l’au-delà: De nouveau voilà encore un titre qui en dit trop! Déjà vu et totalement téléphoné.  La fin est par contre osé, même si elle aurait du exclure son happy-end pour être percutant. 3/6 

2×23. Au bord du gouffre: Back to the futur meet Les Visiteurs. Un sujet éculé mais qui fonctionne toujours. On suit agréablement ce passage temporel et toute les découvertes qui en découle. L’environnement désertique et l’époque donne du charme à l’épisode. 4.5/6

2×24. Rendez-vous dans un siècle: La cryogénie 1.0 d’un autre temps! J’ai cramé le twist dès le début, mais c’est tellement bien amené qu’il reste un très bon épisode sur une fin de saison un peu en deçà de la précédente.  5/6

2×25. Le silence est d’argent: Un pari audacieux, une morale cinglante. Sous son air de scénario simpliste, l’attente sous silence est impensable. Un très bon épisode à la limite de la quatrième dimension. 4.5/10

2×26. Peine capitale: Une histoire sans fin sous prétexte que tout est un rêve. L’épisode se verra remaké dans la cinquième dimension en 1986, disponible en bonus dans le DVD. Le remake même si pas désagréable n’a aucune utilité. 4/6

2×27. L’Esprit et la Matière: La télékinésie a toujours été le rêve de l’homme. Ici, le pouvoir de notre héros ira bien au-delà. Si faire disparaitre les hommes n’est pas une difficulté à l’image, cloner à l’infini le héros de l’épisode est un véritable challenge pour l’époque, même si les masques en plastique sont assez grossier, il fallait oser! 3.5/10

2×28. Y a-t-il un martien dans la salle ?: Sous forme de Cluedo, le spectateur est totalement intégré au huis-clos pour rechercher « Qui est l’extraterrestre ». Et la final, vaudra une des images les plus marquante de la série. 5/6

2×29. L’Homme obsolète: Impressionnant sur son architecture, le jugement d’un homme obsolète en dit long sur la vision d’un futur qui se rapproche de plus en plus du notre. Le twist final amènera une morale forte et efficace. On appréciera de revoir l’acteur Burgess Meredith reprendre son rôle de littéraire déjà apprécié dans l’épisode 1×8: Question de temps (il campera aussi le rôle de M.Dingle dans l’épisode 2×19). 4/6

 

Saison 3 (1961-1962)

3×1. Deux: Nouvelle saison, nouveau générique. Le pire épisode depuis le début de la série. On est pas du tout dans la quatrième dimension. Rien de bien étrange dans cette relation H/F entre deux soldats qui tournent en rond dans un décor d’après guerre. 1/6

3×2. L’Arrivée: On pense immanquablement aux extraterrestres lorsque les passagers disparaissent, d’ailleurs Serling nous pousse a le croire. La morale est sympa même si on est plus dans le psychologique que dans la quatrième dimension. 3/6

3×3. L’Abri: La furie née de l’instinct de survie dévoile le visage de l’homme. De nouveau on est limite hors de la quatrième dimension, même si l’épisode se laisse regarder. 3/6

3×4. La Route de la mort: Bavard et sans grand intérêt. Et se faire spoiler par le titre de l’épisode comme c’est de plus en plus souvent le cas sur ces derniers épisodes, c’est franchement dommage, car ça gâche toute la surprise et la ligne directrice qu’entreprend le scénario. 2/6

3×5. Le Joueur de billard: Un retour de l’au-delà pas bien bandant, même quand on joue avec une queue et des boules. Encore un épisode creux, à croire que la troisième saison manque franchement d’inspiration. 2/6

3×6. Le Miroir: J’ai cru à un sursaut de Serling mais non. La vision du miroir est intéressante, le final l’est moins. On l’avait vu venir, même sans avoir regardé dedans!  3/6

3×7. Vengeance d’outre tombe: Un épisode original jouant sur la psychose d’une vengeance d’outre-tombe. Le dénouement final relève l’intégralité de l’épisode.  4/6

3×8. C’est une belle vie: Le shining a pris ses origine dans la quatrième dimension. Autour de la peur qu’engendre un enfant, il est intéressant de voir la réaction de son entourage. 4/6

3×9. Le Musée des morts: Un épisode difficile. Un procès a retardement d’un ancien nazi qui va enfin prendre conscience du mal qu’il a fait. Un épisode culotté! 4.5/6

3×10. Le Soleil de minuit: La saison 3 reprend du galon avec un très bon épisode sur l’écrasante chaleur d’une Terre qui se réchauffe. La situation semble irréversible et même quand le twist final tourne les talon, on est de nouveau surpris par la révélation ultime! 5.5/6

3×11. La Vallée immobile:  La morale vaut mieux qu’un grand discours: Mieux vaut perdre la guerre si c’est la volonté de Dieu, que de vaincre en s’alliant au diable. Cependant le rythme est un peu lent et les rebondissements manque pour nous captiver totalement. 3/6

3×12. La Jungle: La quatrième a connu différentes sorcellerie, en voilà une nouvelle réplique sous le signe de la jungle. Pas très convainquant. 2.5/6

3×13. Il était une fois: A chacun son époque! Il est parfois bon de voir dans le passé ou dans le futur mais chacun d’entre nous appréciera son époque. Un hommage au cinéma muet mixé au voyage dans le temps. La réalisation est correct avec une gentille morale. 3.5/6

3×14. Cinq personnages en quête d’une sortie: Dès le départ, on sait qu’immanquablement nos 5 héros seront soumis à une révélation étonnante! Et quelle révélation! Même si l’épisode tourne un peu en rond au creux de ce tonneau, j’ai juste adoré l’idée finale! Ne vous fiez pas aux apparences. 4/6

3×15. La Grandeur du pardon: Un épisode très faible, peu rythmé et sans âme autour de la guerre. Même si ça passe dans la quatrième dimension, le temps d’un épisode c’est l’ennui. 1/6

3×16. Rien à craindre: Si la mort a été à plusieurs fois mis en avant, elle le fait de façon ici plus ou moins poétique. Huis-clos qui manque un peu de rythme, c’est dommage! 3/6

3×17. L’Excentrique M. Radin: Un huis-clos en préambule d’un evenement post-apocalyptique avec la présence de ses pires ennemies. Tout présage de longues discussions mais ça manque malheureusement de punch et de discordes! 4/6

3×18. Les Chaussures diaboliques: Si voler des chaussures sur un mort est punissable, la réincarnation parmi elles rendent la quatrième dimension intéressante dans une affaire de vengeances captivante. 5/6

3×19. La Chasse au paradis: Un passage dans l’au-delà facilement détectable mais le choix d’aller au paradis ou non, en deviendra la partie la plus surprenante. Simpson et son chien font de cette nouvelle vie, un moment poétique bien agréable même si le rythme est parfois lent. 4/6

3×20. Règlements de compte pour Rance McGrew: Un tournage d’un western particulier mais assez convenu dans la quatrième dimension. Regardable. 3/6

3×21. Jeux d’enfants: Épisode remaké pour le film par tonton Spielberg. Dommage, car y avait bien mieux que cet épisode qui dès le départ annonce une fin facile. 2/6

3×22. Un piano dans la maison: Un piano magique qui va délier les langues. Une idée originale mais mal exploitée. Y avait moyen d’aller plus dans le conflit. 2.5/6

3×23. Les Funérailles de Jeff Myrtlebank: Résurrection d’un homme qui va provoquer la terreur des villageois. Comme eux, nous ne savons pas quoi penser du nouvel état du héros. On hésite entre autopsie ratée ou une âme damnée… mais la brillante fin nous laissera dans le doute!  5/6

3×24. Comment servir l’homme: Invasion extraterrestre avec un personnage au visage mythique. Un épisode qui met en confiance et qui dévoile un twist surprenant! A table!  5/6

3×25. Le Fugitif: Excellent épisode face à un magicien d’une autre planète qui va user d’un subterfuge pour rester proche de sa jeune amie. Aussi attendrissant qu’étonnant.  5.5/6

3×26. La petite fille perdue: L’épisode le plus significatif de la quatrième dimension avec un passage dans une autre dimension à travers la cloison d’une chambre. Simpliste, l’intrigue traine cependant un peu en longueur. A savoir qu’il sera repris dans les Simpson dans le mythique épisode d’halloween Homer³. 3.5/6

3×27. Personne inconnue: Mystérieux épisode sur la quête d’identité d’un homme a priori schizophrène. Joliment réalisé, captivant et rythmé sans oublier sa conclusion miroitante. 6/6

3×28. Le Petit Peuple: Quand l’infiniment petit rencontre l’infiniment grand. Un épisode léger mais bien sympathique. Mise en scène propre et une morale qui amène une certaine réflexion sur notre place dans l’univers. 5/6

3×29. À quatre heures: Un épisode avec une fin facilement décelable mais la méchanceté du personnage qui se retournera contre lui est finalement assez drôle à vivre. Un délire amusant, finement corrosive. 4/6

3×30. Le Menteur: Un épisode amusant sur le mensonge et la crédibilité autour d’un événement absurde. Cet enlèvement extraterrestre sera à la hauteur du gamin qui crie au loup. Frisby en devient un personnage hilarant. 4/6

3×31. L’Échange: Un épisode avant-gardiste, qui dévoile un futur pas encore atteint aujourd’hui. Le petit couple de vieux est fort attachant. C’est mignon, le message est assez fort et de nouveau la morale sur la vie, la mort et de la jeunesse éternelle refait surface et reste d’actualité. 4.5/6

3×32. Le Cadeau:

3×33. La Marionnette:

3×34. Un passé infini:

3×35. La Fée électrique:

3×36. L’Ange gardien:

3×37. La Relève de la garde:

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.