Retour vers le futur (1985)

« Nom de Zeus »

Retour vers le futur

Réalisé par Robert Zemeckis

Avec Michael J. Fox, Christopher Lloyd, Lea Thompson
Pays:   Ã‰tats-Unis
Genres : Aventure, Comédie, Science Fiction, Familial
Durée : 1 h 56 min
Année de production : 1985
ATTENTION SPOILER!
9.5/10

Culte. Voilà le premier mot qui me vient à l’esprit quand on évoque la trilogie Retour vers le futur. Les années passent et ce premier opus n’a pas pris une ride. Évoquant le voyage dans le temps, Bob Gale & Robert Zemeckis ont galéré durant 4 ans pour faire accepter leur script et matérialiser sur pellicule le concept du voyage dans le temps à travers la comédie. Aidé par l’ami et producteur Steven Spielberg c’est en 1985, que cette petite pépite voit le jour.

Si on adhère avant tout à cette aventure c’est grâce au duo détonant et atypique. Michael J.Fox, pour l’un de ses premiers films va devenir un héros malgré lui. Ce petit homme enfilera avec panache le costume de Marty McFly pour défier les lois de la physique avec son comparse Emmett Brown dit le Doc interprété brillamment par Christopher Lloyd. En 1985, le duo est en passe de devenir un des duos les plus attachants du cinéma. Un rôle qui n’arriveront d’ailleurs plus jamais à se détacher. Accessoirement, on garde en mémoire les très bons rôles annexes tel le grand méchant Biff interprété par Thomas F. Wilson, qui jouera aussi ses descendants, couvert sous un maquillage finalement pas mal réussi, surtout quand on regarde le résultat aujourd’hui avec l’acteur vieillissant. Petit bémol sur le rajeunissement du Doc de 1955, pas assez prononcé à mon gout. Il aurait peut être fallu jouer sur la couleur des cheveux pour le rendre plus jeune, même si sa tignasse blanche caractérise tant notre cher Emmett!

Défier le temps à bord d’une Delorean  DMC-12, cela peut paraître kitsch, mais customisée par le Doc, de suite ça a plus de gueule. Grâce au film elle conservera les galons de sa notoriété. La problématique du voyage dans le temps à bord d’un objet en mouvement à 88 Mph deviendra une force scénaristique. On ne voyage pas dans le temps d’où on veut, au risque de se payer un mur ou un arbre qui ne serait pas encore là dans le passé. Mêlant science-fiction et comédie, on est happé par la dynamique du scénario. Basée sur une réalisation sans erreur et complète, la complicité de Zemeckis et Spielberg se fait ressentir autant sur la mise en scène que sur l’écriture des personnages, jamais le rythme du film ne décroît. La dernière partie est dingue. Alors que tout se met en place pour un retour vers le futur, les rebondissements nous bousculent, on est tendu à croire que Marty ne reviendra jamais en 1985. Entre les conditions météorologiques, l’arbre qui coupe le câble, puis la rallonge qui se détache, on est captivé de savoir si Marty passera avec succès la porte du temps. Même sur une revision le suspens est toujours palpable. Et quand tout revient dans l’ordre, Zemeckis ne lâche pas son spectateur. Marty qui a pris 10 minutes d’avance pour sauver son ami le Doc, n’arrivera pas à modifier le destin, celui qui allongera le Doc au sol après s’être pris une rafale de balles! Jusqu’au bout on retient notre souffle même si on sait que ce genre de comédie ne peut pas fatalement finir mal.

On peut applaudir le doublage français de Pierre Hatet et Luc Hamet, qui donne une véritable âme aux personnages! Aujourd’hui encore, dès que la voix de Pierre Hatet refait surface, on pense de suite au Doc! La bande-son aussi colorée que les images donne un produit moderne. Le générique The Power Of Love est aujourd’hui indissociable du film. Alan Silvestri avec son mythique thème traduit l’aventure infinie, la grande évadée dans les couloirs du temps. C’est brillant, elle rentre au panthéon des musiques de films les plus emblématiques et les mieux rythmées.

Pilier inébranlable de la science-fiction, « Retour vers le futur » est un chef d’œuvre qu’on le découvre avec des yeux d’enfant ou des yeux de cinéphile nostalgique. 30 ans que le plaisir perdure, pourvu que ça dure… dans le futur!

16 commentaires sur “Retour vers le futur (1985)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.