Retour vers le futur III (1990)

« Par tous les pépins de la pomme de Newton »

Retour vers le futur III

Réalisé par Robert Zemeckis

Avec Michael J. Fox, Christopher Lloyd, Mary Steenburgen
Pays:   États-Unis
Genres : Aventure, Action, Comédie, Science Fiction, Familial
Durée : 1 h 58 min
Année de production : 1990
7/10

Afficher l'image d'origineIncontestablement le moins bon des trois films. Comme je l’ai dit dans la critique précédente, même si les deux derniers films de la trilogie sont liés par un tournage rapproché, cet opus se détache beaucoup plus des deux autres. Par son monde du western, environnement qui tient à cœur au Doc, moins à nous parce qu’il diffère trop avec le Hill Valley que l’on connait qu’il soit de 1955, 1985 ou 2015, mais aussi par son dynamisme plus léger oubliant « presque » le voyage dans le temps.

N’utilisant plus d’intrigue enchevêtrée entre plusieurs réalités, on se cantonne à rester en 1885, chapeau sur la tête et revolver à la main à lancer des clin d’œil au western de Léone ou de Eastwood. Bien évidemment, cet ultime épisode reste divertissant et garde le charme de ses prédécesseurs mais on est loin de la qualité scénaristique imposé jusqu’ici. La découverte du saloon et de ses environs prend du temps et on s’attarde pas mal sur l’histoire d’amour qui touche le Doc. Une histoire qui alourdit considérablement l’ensemble. Franchement dispensable, l’amitié des deux compères est bien plus intéressante et aurait du rester le centre de cet opus. Heureusement l’humour est toujours présent avec des répliques bien choisies laissant place aux mythiques expressions du Doc sans oublier les querelles entre Bufford & Marty. D’ailleurs le petit pas de danse en Moonwalk de Mart restera un des meilleurs moments. En terme d’action et de suspens, c’est un peu en dessous des deux autres films même si la cavalcade sur la locomotive poussant la Delorean reste très convaincante. Du point de vue technique, entre maquette réduite et scène réelle, la cohabitation fonctionne.

Quelques anachronismes ou extravagances ont du se glisser durant toute la trilogie, mais c’était suffisamment subtile et complet pour ne pas y faire attention. Cependant dans cet épisode c’est parfois poussif. Emmett Brown arrivé au 1er Janvier 1885, s’est fait une place et un nom en devenant le Maréchal-ferrant en quelques mois dans un village en pleine évolution. Il a même réussi à faire un banc d’essai pour son futur train et une maquette de la ville avec sa voie de chemin de fer avec la technologie de l’époque. Enfin c’est le Doc me dira-t-on! Mais de là à réussir à faire voler un train relève de l’impossible, même sur une durée plus grande, alors qu’en 1955, il n’est pas capable de faire décoller sa voiture sans une source d’énergie assez puissante. Enfin c’est la magie de Retour vers le futur, on prend des libertés qui fait s’évader le spectateur, même si ce dernier opus fait perdre un peu de charme à toute cette science-fiction pour devenir plus « fantastique ».

Bien moins imaginatif où le scénario cède allégrement à la facilité en nous offrant une histoire prévisible, le réalisateur s’égare un peu en choisissant le décor du Far West, en total décalage avec le Hill Valley contemporain. Préservant tout de même la complicité du duo McFly / Brown et le charme inventif autour du voyage dans le temps avec sa mythique Delorean, Robert Zemeckis clôture cette trilogie efficacement en la rendant Culte!

DocRetourverslefuturfinal

6 commentaires sur “Retour vers le futur III (1990)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.