Rogue One (2016)

Rogue One - A Star Wars Story

Réalisé par Gareth Edwards

Avec Felicity Jones, Diego Luna, Ben Mendelsohn
Pays:  États-Unis
Genres : Action, Aventure, Science Fiction
Durée : 2 h 14 min
Année de production : 2016
6.75/10

Situé entre les épisodes III et IV de la saga Star Wars, Rogue One est le premier spin off de la saga la plus sur-vendue de l’histoire du cinéma.

Sincèrement l’épisode est bon et on constate la volonté du réalisateur à s’ancrer dans la saga en respectant le design retro de l’époque ainsi que son environnement. Les décors sont somptueux et variés. Le souci c’est que cet épisode tombe dans la facilité scénaristique, en se mêlant entre deux épisodes pour expliquer à un détail qui finalement sans le film n’avait pas véritablement lieu d’être raconté.

Image associéeDisney profitant du filon est capable de tout pour nous vendre du Star Wars. L’indigestion risque de survenir si les scénaristes n’innovent pas autour du bien et du mal qui se confrontent depuis plus de 30 ans dans leur propre univers intergalactique. Heureusement, Gareth Edward, même si les poings liés à la saga, tentera d’avoir un œil nouveau sur la scénographie et nous offrira cette fois-ci des décors un peu plus variés et moins sombres dont la sublime attaque sur les plages de Scarif.

L’histoire quant à elle est un peu pauvre, utilisant insensément toujours le même schéma. Le développement narratif n’est pas toujours convaincant. Au départ, on peine à s’immerger dans la narration tellement elle est divisée entre multiples personnages et différentes planètes. La psychologie des personnages est vraiment limitée et peu développée ce qui les rend peu attachants. L’héroïne interprétée par Felicity Jones est très jolie, à croire qu’elle a des liens physiques avec la princesse Leila, mais elle forme une piètre alchimie avec son compagnon Diego Luna. Son père campé par le grand et talentueux Mads Mikkelsen est légèrement trop absent. Les modèles 3D utilisés pour les caméos des anciens acteurs sont incroyables, pas parfaits avec un effet légèrement plastique, mais franchement c’est impressionnant. Rogue One est résolument moderne, il fallait bien une histoire de guerre dans les étoiles pour nous ramener aux nôtres sur Terre. Mais la fiction est bien plus divertissante et colorée et heureusement! Une escapade récréative.

Gareth Edwards a réalisé ce spin-off en se débarrassant des héros traditionnels et même de la touche du compositeur John Williams remplacé par Michael Giacchino pour marquer la séparation. Ainsi nos sentiments sont partagés de découvrir une galerie secondaire de personnages faisant peau neuve avec la saga ou de paradoxalement jouir des quelques secondes des diverses apparitions des personnages emblématiques de la saga tels que Dark Vador ou de R2-D2.

Un spin-off qui doit non seulement se montrer à la hauteur des attentes, mais également légitimer la démarche énergique de Disney d’entretenir la « Force », qui entend bien continuer à étendre l’univers Star Wars. Gare à l’ingestion!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.