Schtroumpfs (Les) (2010)

Les Schtroumpfs

Réalisé par Raja Gosnell

Avec Neil Patrick Harris, Jayma Mays, Anton Yelchin
Pays:  États-Unis
Genres : Aventure, Animation, Comédie, Fantastique, Familial
Durée : 1 h 44 min
Année de production : 2011
4.5/10

C’est les vacances, ma rétrospective des moins de 5 ans recommence. Et oui, il fait froid dehors, faut bien occuper ma fille. Les schtroumpfs est le premier film avec des acteurs réels qu’elle regarde entièrement (elle adore aussi Qui veut la peau de Roger Rabbit mais je suis obligé de zapper des passages que je trouve un peu hard pour son age: « Ah…je fonds…. »). A priori elle y a pris gout vu que le film tourne en boucle à la maison, et j’ai donc profité d’un visionnage pour voir le film.

J’ai jamais été réfractaire au projet, vu que j’adorais le dessin-animé étant petit, jusqu’aux passages les plus médiocres de Johan et Pirlouit ou de l’excellent « Grosse bouffe à faim » encore plus bête que Gargamel. J’ai pu dévorer aussi les bandes dessinées (bien que je suis loin d’être bédéphiles). Au risque d’être ridicule, le film nous replonge agréablement dans le dessin animé, avec ces personnages bleus tout mignon. On peut dire que c’est fidèle au dessin-animé, même si graphiquement ils sont un peu plus bleu et avec l’aspect 3D, ils ont plus de forme.

Franchement, s’il avait été un peu plus court et dans l’esprit de la première heure j’aurai adhéré à cette adaptation. Malheureusement le rythme n’y ai pas toujours, on nous mêle l’histoire de Neil « Barney » Patrick Harris dont on se fout totalement. Les Schtroumpfs ça reste avant tout, Gargamel, Azraël et les petits hommes bleus. Alors même si je reproche pas qu’on les envoie dans notre monde « réel » comme les mini-pousses, je regrette que l’aspect « coquet » de leur village ne soit pas resté et que leur histoire soit écourté par l’histoire d’un humain autre que Gargamel.

D’ailleurs, chapeau (blanc) à Hank « Gargamel » Azaria (connu pour sa voix dans les Simpsons), le seul personnage le plus ridicule du film qui ose jouer son rôle à fond et qui finalement en devient drôle et la force du film. Ses mimiques, ses gestes et ses délires m’ont surpris, j’ai apprécié ses facéties (la scène dans NY où il passe dans la fumé de la bouche du métro m’a bien fait marrer, pourtant c’est con.). Je regrette juste le doubleur original et son fameux rire si mythique. Neil Patrick Harris, franchement ne m’a pas convaincu. Son rôle, son interprétation, enfin son personnage ne m’a pas emballé et même si je me répète, seul Gargamel Vs Les schtroumpfs aurait suffit. Sa compagne va se même: inutile. Et sa patronne, bien jolie suit le mouvement.

Un film fidèle sur la première partie (Ah, Nostalgie!), qui malheureusement met en avant un personnage réel sans intérêt. Dommage car revoir les Schtroumpfs était une bonne surprise. Pierre Culliford ak Peyo ne se retournera pas trop dans sa tombe, ses personnages continuent quand à eux de vivre à travers le grand écran.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.