Scott Pilgrim (2010)

Scott Pilgrim

Réalisé par Edgar Wright

Avec Michael Cera, Mary Elizabeth Winstead, Kieran Culkin
Pays:  Canada,   États-Unis
Genres : Action, Aventure, Comédie
Durée : 1 h 52 min
Année de production : 2010
4/10

Ah, ah cette bonne blague de vouloir comparer ce film avec Kick Ass. C’est pas parce qu’un film à un montage dynamique est innovant qu’il faut le comparer sa réalisation à Kick Ass. Scott Pilgrim est creux et insipide, le développement des personnages est vraiment insignifiants et on s’ennuie à suivre cette histoire. Super, Scott Pilgrim doit venir tataner le cul des 7 petits amis de Ramona, on ne sait pas pourquoi mais c’est pas grave. Ramona se fait contrôler via une puce derrière la tête et alors ca avance quoi à l’histoire? Les pouvoirs ont quelles origines? On survole le film sans en expliquer les détails. Et puis l’espoir de voir son double maléfique se battre avec Scott Pilgrim se termine par un bon serrage de main, ridicule!

Niveau casting: Chris Evans vient faire sa petite figuration rapide. Le frère de Makaulay Culkin sert rien dans dans le film à part faire son endormi tout comme Stancey, la sœur de Scott. Gideon Graves le boss final est mauvais. Ramona mérite qu’on la secoue un peu. Et Michael Cera fait du Michael Cera.

Alors heureusement on a de beaux combats mais ils sont expédiés à la va vite, on passe de prétendant en prétendant sans aucune transition entre. Les codes du jeu vidéo des années 80 sont extrêmement bien repris, c’est fun et finalement avec un film un peu plus développé on aurait eu un truc bien maitrisé. L’excellent Edgar Wright nous balance dans du rétrogaming mixé à de la romance américaine pop-geek avec de belles scènes de combat dans un film vide de sens. Autant les intégrer dans un film comme Street Fighter, on aurait perdu moins de temps. Ma culture geek fait que j’ai apprécié quand même les petits bruitages (zelda, mario…) parsemé dans le film ainsi que quelques plans de combat tout droit sorti d’un jeu vidéo avec une musique parfois détonante.

Le reste… est plat, comme dans un bon vieux jeu en 2D. Personne n’a de relief, ca reste une histoire d’amour bateau et totalement inintéressante qui provoque un ennui inversement proportionnel à la jouissance des affrontements. Finalement la bande-annonce suffit à prendre plaisir sur ce film. Un beau « Combo » de déception!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.