Sinister (2012)

Sinister

Réalisé par Scott Derrickson

Avec Ethan Hawke, Vincent D'Onofrio, James Ransone
Pays :  États-Unis
Genres : Horreur, Mystère, Thriller
Durée : 1 h 50 min
Année de production : 2012
7/10

Si le film n’est pas super original, il a le mérite d’être angoissant, de nous faire sursauter et de nous laisser sur des scènes avec des bons sursauts. Bizarrement je suis bien content de ne pas l’avoir vu dans ma salle dédiée car je crois que j’aurai encore plus flippé. Pourtant je ne suis pas un grand craintif avec ce genre de film, le dernier en date était The grudge (que j’ai peu aimé) qui avait une ambiance oppressante.

L’histoire met en scène une famille qui entre dans une nouvelle maison. Le père de famille qui écrit un livre va tenter de mener son enquête sur des meurtres passés avec comme support des bobines de super 8. Le gros point positif c’est la découverte des meurtres assez barbares avec des images glauques et ternies. On est captivé et à la fois affolé de voir ces familles tuées de façon assez primaire.

Ensuite vient toute l’enquête qui tourne autour d’un démon païen se nourrissant d’enfants qui ne sera qu’une excuse pour compléter l’histoire. Et même si on fini par se détacher de cette quête au démon, qui nous donne trop peu d’explication durant le film, on est happé par l’ambiance et l’atmosphère de la maison. Bruit de pas, craquements, apparitions fantomatiques, rien de nouveau, mais suffisamment bien mis en scène pour nous faire sursauter et grincer des dents. S’en suit tout un dénouement qu’on va vite découvrir et une fin téléphoné qui ne surprendra pas à défaut d’être dans la lignée du film, bien glauque.

Scott Derrickson joue avec le spectateur par une réalisation au service de l’angoisse, tout ce que loupera talentueux James Wan avec Insidious. Beaucoup de plans sur la gestuelle de l’écrivain, des images très sombres (il doit faire nuit 22h/24h), peu de lumière (même quand le mec est affolé il n’a même pas la lucidité d’allumer la lumière) et une musique fort en vibration qui nous aide à renforcer ce sentiment de malaise. C’est très conforme dans le genre mais profitable.

Peu original sur l’intrigue et même si il tente de l’être par cette approche de la famille et de l’enfance, le film reste cependant efficace en terme de réalisation et arrive à nous faire bondir de notre fauteuil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.