Solitaire (2008)

Solitaire

Réalisé par Greg Mclean

Avec Radha Mitchell, Michael Vartan, Sam Worthington
Pays:  Australie
Genres : Action, Horreur, Thriller
Durée : 1 h 35 min
Année de production : 2007
7.75/10

Pour sa seconde réalisation, après Wolf Creek, Greg McLean nous offre un vrai film de monstre, bien divertissant et toujours avec une pression constante.

Le film démarre sur des paysages somptueux, digne des prises de vues de la National Géographic. On sent l’amour de McLean pour son pays l’Australie. On pourrait presque penser dès le départ avec les prises sur les animaux qu’on est dans un documentaire animaliers, jusqu’à ce qu’un crocodile géant débarque à l’image pour manger un buffle. La réalisation ne tente pas de faire des esbroufes, le film se veut hyper réaliste offrant aux spectateurs avides de frissons une certaine tension dans une ambiance marécageuse.

L’animal, ici disons le monstre dont la rapidité et la puissance font froid dans le dos n’est pas toujours présent à l’image. Mais son omniprésence est suggérée, et on s’attend à tout moment le voir surgir pour croquer un des personnages. Et quand il est là généralement ce n’est pas pour taper la discute. Les scènes de tueries sont souvent brèves mais efficaces. On ne s’acharne pas à voir se démembrer un personnage, il est juste éliminé, ramenant à un nombre de plus en plus restreint le groupe d’origine.

Radha Mitchell (et son coté Charlize Theron) plait. Elle est le personnage qui mène le groupe, mais que le groupe et le spectateur veut tenter de préserver. Michael Vartan, assez froid et peu convainquant sur le début du film se lance à corps perdu dans l’antre du monstre, voulant retrouver sa belle blonde. C’est certainement abusé de le voir trouver par inadvertance le nid de la bête et surtout l’héroïne mais les scènes qui s’en suivent valent le coup. Car en effet, on voit enfin véritablement la bête. Féroce, elle défonce tout en tentant de croquer tout ce qui bouge en tournoyant son corps et en mettant des grands coups de queue. Un face à face entre l’homme et la bête fort intéressant. Sam Worthington n’aura pas un grand rôle (ca changera) mais reste un personnage à la fois agaçant mais attachant. Le reste du groupe est ce que l’on connait des personnages de films catastrophes avec la famille et l’adolescente, la femme forte, le jeune couple, le vieux moustachu et surtout le chien.

Les FX récompensés en 2007 lors des Australian Film Institute Awards sont relativement réussis. Tout ce qui touche la bête est réussi, on ne sait pas ce qui est réel, CGI, ou animatronic, certainement à l’atmosphère sombre qui règne sur le film. Certains plans du début, lorsque vogue le bateau sur le fleuve sont assez mal incrusté, c’est dommage que l’œil s’en rende compte surtout au vu des paysages magnifique qu’on nous propose.

Un « croc-movie » et un monstre réussi, qui déchire dans tout les sens du terme. A savoir si ca vaut le coup que je m’attaque à Lake Placid?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.