Spider-Man: Far From Home (2019)

Spider-Man : Far from home

Réalisé par Jon Watts

Avec Tom Holland, Jake Gyllenhaal, Zendaya
Pays:  États-Unis
Genres : Action, Aventure, Science Fiction
Durée : 2 h 09 min
Année de production : 2019
8.5/10

Image associéeEnfin un nouveau Spiderman qui rivalise avec les premiers opus réalisés par Sam Raimi! Fort de son passif avec le dernier opus des Avengers, l’histoire est habilement construite, intelligente, divertissante avec un vrai super-vilain tout aussi charismatique qu’étonnant et qui ferait passer le bouffon vert pour ce qu’il est déjà! Le film se scinde en deux parties. En effet, le scénario dévoile un changement radical d’orientation, manipulant le spectateur tout autant que Spiderman, qui a du mal à se remettre de la mort de son compagnon de route, Iron Man. Les clins d’œil au MCU sont nombreux mais l’intrigue se suffit à elle-même.

Les scènes d’affrontement sont assez sensationnelles. Voyageant à travers l’Europe, dans diverses villes emblématiques, les décors sont tout aussi impressionnants que colorés. Parfois, on se voit projeté dans un véritable diorama représentatif de toute une époque de comics. C’est beau, c’est clean, c’est précis. La réalisation est maitrisée, les scènes d’action en mettent plein la vue et tout est très fluide.

Sur fonds de nouvelles technologies et de « fake » news, l’illusion est maitre de la partie. Spiderman est ainsi désorienté et certaines scènes ambitieuses dévoilent une architecture visuelle étonnante, à la hauteur de l’animé New Génération. Tom Holland, qui semble un peu plus vieux que ses partenaires d’école, reste un acteur qui s’est totalement approprié le personnage. Naïf mais pas bête, son personnage est léger et certains passages dramatiques cachent toujours une dose de dérision. Affrontant l’un des plus sympathiques super-vilains, l’intrusion de Jake Gyllenhaal dans le monde de Marvel est un véritable atout et sa position à vouloir remplacer Robert Downey Jr. n’est pas si innocente. On regrettera que son immersion ne soit pas pérenne. Bien que chez Marvel, les super-héros sont éternels…

Il est toujours difficile de s’approprier le personnage de tante May, habitué à un personnage plus âgé dans la première saga. Trop jeune (bien que l’actrice ait dépassé la cinquantaine), Tante May est drôle, sexy et conserve une véritable complicité avec son neveu. Elle a de la classe et franchement même si on a du mal à oublier son ancienne tante, on n’est pas mécontent d’avoir un peu de fraîcheur dans la vie du super-héros. Mais ce nouvel éclat sera malheureusement mal entretenu avec la nouvelle petite amie, Michelle Jones. Pas du tout charismatique, fade et avec un sourire trop niais, c’est l’erreur du casting qui nous fera regretter les pétillantes Gwen Stacy et Mary Jane. L’idylle naissant entre les deux personnages n’est cependant pas détestable, bien au contraire, on aurait juste apprécié un personnage féminin plus pétillant, à défaut d’être sexy. Enfin, les apparitions de Jon Favreau, multipliant les casquettes entre réalisateurs et acteurs, sont un peu bancales avec un personnage qui a du mal à se confondre dans le paysage des super-héros. Tout comme Nick Fury qui n’apporte finalement pas grand-chose si ce n’est un lien constant avec les Avengers. M’enfin, le résultat est plus que satisfaisant, le casting dans sa globalité est très bon et le divertissement reste saisissant.

Intrigue captivante, morale intelligente, super méchant… du bon blockbuster! Un Spiderman à la hauteur de ses origines au cinéma.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.