Stonehearst Asylum (2014)

Stonehearst asylum

Réalisé par Brad Anderson

Avec Kate Beckinsale, Jim Sturgess, Ben Kingsley
Pays:   États-Unis
Genres : Thriller
Durée : 1 h 53 min
Année de production : 2014
6/10

Film basé sur les écrits d’Edgar Allan Poe (Le Système du docteur Goudron et du professeur Plume), qui depuis sa mort en 1849 et la naissance du cinéma au début du siècle dernier à fortement inspiré chaque décennies de nombreux cinéastes.

Se déroulant en 1799, l’époque très controversée et riche en dérives médicales laisse place à une histoire attrayante sur les conditions humaines, dans un asile psychiatrique. La vision des personnages, docteurs ou fous, est en totalement opposition mais il est intéressant de voir qu’il n’y a pas de vérité. Un fou a-t-il nécessairement envie d’être guérit, ne doit-on pas le laisser avec compassion dans son monde sans le contraindre à une forte thérapie? Face à ce constat, tout une mise en scène se met en place, remettant en question les agissements des médecins, comme ceux des malades.

Les retournements de situation sont multiples et prennent le spectateur à contre-pieds à deux reprises. L’ambiance et les décors d’époque montrent une réalisation impliquée. Et même si on n’est pas sur un « grand » film, on sent la volonté du réalisateur à être rigoureux sur une histoire qui tente d’accrocher contentement le spectateur.

Oublié par les distributeurs, le film vaut bien mieux que certains films qui passent actuellement sur nos écrans. Malheureusement le titre original « Eliza Graves » est peu parlant et sa traduction n’aidera pas à promouvoir le film, même par son simple titre. Ce qui le sauve un peu du naufrage promotionnel, c’est l’apport de Kate Beckinsale et de Ben Kingsley en tête d’affiche.

Kate Beckinsale, charmante et touchante, interpréta un rôle simple avec justesse. Ben Kingsley aura eu tout juste le temps de quitter Shutter Island, pour s’investir favorablement dans l’asile de Stonehearst. Michael Caine, qui vient cachetonner, n’aura pas un grand rôle mais pas désagréable à voir, surtout qu’il subira un traitement final assez costaud, partageant ainsi la morale entre le bien et le mal. Jim Sturgess, personnage principal, habitera efficacement son personnage, même si l’acteur manque un peu de charisme. Le « figurant » fou qui se prend pour un étalon qui voit arriver une tête de cheval à table devant lui est juste génial. Dommage qu’il n’est pas un rôle plus important!

La musique accompagnera efficacement la mise en scène, même si ça parait parfois brouillon. Le choix de la « Danse Macabre » sur le bal de fin d’année/siècle dans un environnement déséquilibré est excellent même si un peu court. La folie en ressort grandit.

Même si ça joue du twist à plusieurs moments, le film manque d’un réel électrochoc comme le réalisateur a su le faire il y a déjà 10 ans avec The Machinist. Cependant, on sent la volonté de bien faire, avec un scénario bien construit dans une fidèle reconstitution d’époque.

6 commentaires sur “Stonehearst Asylum (2014)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.