Sucker Punch (2011)

Sucker Punch

Réalisé par Zack Snyder

Avec Emily Browning, Abbie Cornish, Jena Malone
Pays :  États-Unis
Genres : Action, Fantastique, Thriller
Durée : 1 h 50 min
Année de production : 2011
8/10

Comme beaucoup la critique de ce film va être difficile. C’est qu’après deux visionnages qu’on appréhende pleinement l’œuvre de Snyder. La qualité d’écriture de cette sombre aventure est très bonne et les protagonistes sont tous attachants et très bien exploités. Snyder arrive totalement à nous duper, tellement bien qu’un spectateur lambda ne le saura jamais. En effet, la revision s’est imposée et le film en ressort encore meilleur avec une seconde lecture/inception plus fine et recherchée. Les niveaux de lecture s’imposent et l’ouverture à de multiples interprétations rendent l’œuvre encore plus puissante (cf. article). Croyez-le ou non, mais on a bel et bien affaire à quelque chose de nouveau, une idée de génie mettant en scène une thématique portant sur le féminisme au premier plan autour d’un film fantastique, teinté de drame, jouant sur la folie, le viol et la schizophrénie. Et au final, on continue de se poser la question ultime: A qui appartient cette folle histoire, Babydoll ou Sweet Pea?

Le scénario que l’on pensait simpliste dévoile de multiples scènes d’action qui en mettent plein la gueule. Chaque projection de Babydoll vous balance dans un melting-pots improbables de jeux vidéos, manga et heroic fantasy, captivant le spectateur à travers une mise en scène détonante et passionnée. La réalisation est sévèrement « burnée » et terriblement jouissive. C’est comme si les « lap dance » de Babydoll, incarnée la jeune par Emily Browning qui transcende l’écran par sa pureté mise en valeur de façon céleste, satellisait le spectateur dans son délire de façon hypnotique.

L’asile psychiatrique dans lequel vivent les héroïnes est très bien utilisé et intensifie l’ambiance oppressante et claustrophobique ressentie grâce aux sublimes décors. Que ce soit la scène du départ avec le combat face aux colosses, la scène du train qui virevolte dans tous les sens, les affrontements contre des soldats nazis steampunk, orcs et dragons., on est face à un réalisateur qui sait ce qu’il fait, avec de l’imagination et un sens artistique soutenue depuis le début de sa carrière.

Sucker Punch Gif - ID: 180859 - Gif AbyssPlus qu’un réalisateur, ici il en devient un peintre digne d’un chef des effets spéciaux (faut voir le making-of pour s’en rendre compte) avec près de 1100 plans à effets. L’image a un sublime piqué et un beau contraste avec une colorimétrie très prononcé comme toutes ses réalisations précédentes. Il n’y a pas à dire Synder continue à travailler le graphisme de ses films, pour le plaisir des yeux… sans en oublier le scénario! Carla Gugino et Oscar Isaac sont ici merveilleux, charismatiques et ambiguës à souhait. Accompagné d’une merveilleuse bande sonore, le spectateur a connotation « geek » plongera avec facilité dans cette œuvre magnifique qui traite avec brio la folie.

Un film à revoir pour sa complexité cachée et ses scènes d’action qui feront de bons tests pour roder les enceintes de votre home-cinéma. Snyder livre une mise en scène grasse, enveloppante, ultra-travaillée, parfois un peu grandiloquente mais souvent impressionnante.

Revu en 2020: +0.25

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.