Sur la piste du Marsupilami (2012)

Sur la piste du Marsupilami

Réalisé par Alain Chabat

Avec Alain Chabat, Jamel Debbouze, Fred Testot
Pays:  France
Genres : Aventure, Comédie
Durée : 1 h 45 min
Année de production : 2012
4/10

Il est loin le temps où Chabat nous faisait rire avec son humour potache « Canal + ». Cette grosse production française adapte les dessins d’André Franquin au cinéma avec une histoire médiocre et sans originalité du petit animal jaune à la longue queue.

Chabat aux manettes en duo avec Djamel Debbouze aurait pu être une excellente comédie comme ça a été le cas par le passé avec Astérix et Obélix: Mission Cléopâtre. Cruelle déception. L’humour même si présent reste irrégulier. On sourit parfois face à la bêtise des deux comparses mais cela se fait trop attendre, ce n’est pas assez soutenu comme humour. On est en attente continuelle, et au final on est déçu de ne pas avoir fait assez fonctionné nos zygomatiques. Et franchement si j’ai voulu voir ce film ce n’est pas pour voir l’animal imaginaire sautiller de partout mais plus pour me prendre une bonne tranche de rigolade avec l’humour souvent poussif de Chabat.

Fred Testot joue un rôle à sa hauteur, c’est moyen. Heureusement le maquillage l’aidera à prendre un peu de caractère. Jamel Debbouze fait du Jamel, même si c’est des fois limite avec le petit frottage de chien dans son oreille. Patrick Timsit fait de la figuration, il est inexistant. Lambert Wilson, oh mon dieu! Mais c’est quoi ce rôle bidon, franchement même en mode auto-dérision je trouve ça ridicule. Là il risque de briser sa carrière avec un rôle pareil. Putain le mec il a joué auprès de Monica Bellucci dans Matrix, et le voilà maintenant travesti en chantant du Céline Dion dans la forêt. Sans son personnage mal écrit et qui sert à rien en [mode Céline Dion] je serai passé facilement au dessus de la moyenne, mais là non je ne peux pas c’est affreux! Finalement reste que notre Chabat national qui ne change finalement pas trop en assumant sa mentalité adolescent et qui a toujours son capital sympathie au zénith même quand il fait des films médiocres.

Sur la forme, Chabat s’est y faire. Sa réalisation fonctionne bien, les images sont très jolies dans une forêt Palombienne verdoyante. Le marsupial est très réussi, son intégration est satisfaisante, et sa texture est même bluffante. Avec un peu plus d’humour et un scénario un peu plus solide on aurait pu avoir un très bon film.

Allez Palompeu, palombien, ca reste quand même décevant de la part de Chabat. A quand son retour tant attendu avec les Nuls, voir avec les Robins des bois?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.