Tenet (2020)

Tenet

Réalisé par Christopher Nolan

Avec John David Washington, Robert Pattinson, Elizabeth Debicki
Pays:  Royaume-Uni,   États-Unis
Genres : Action, Thriller, Science Fiction
Durée : 2 h 30 min
Année de production : 2020

Le voici, le voilà ou le voilà, le voici … le film qui va réconcilier le cinéma avec la crise sanitaire! Christopher Nolan est devenu un phénomène de société, là où ses films sont attendus pour ses ambitieuses images et ses abracadabrants scénarios. Tenet ne dérogera pas à la règle! Tourné dans 7 pays, conçu durant plus de 20 ans de réflexion, il y a beaucoup à dire sur ce dernier Nolan…

En devenant la plus complexe de ses œuvres, résultante d’une incompréhension du public, Tenet est peu accessible, si on cherche a minima à comprendre la totalité de la timeline. Tenet est un film qu’il va falloir revoir plusieurs fois pour en comprendre pleinement l’intrigue. Mais quand la compréhension d’un film a besoin d’un schéma (voir ci-dessous), qui lui aussi aura besoin d’avoir un schéma pour qu’on le comprenne et que le scénario nécessite un doctorat en physique quantique, c’est que le réalisateur a loupé quelque chose quelque part?

Dans la plus pure tradition du film d’espionnage, les personnages accumulent des informations, préparent des coups, découvrent des indices liés à l’inversion et cette dernière influe encore plus sur le déroulé de la narration. Très rapidement, la manipulation temporelle jouera un rôle prépondérant, renvoyant à deux de ses précédents films : Memento et Interstellar. Tenet s’apparente à une véritable course contre la montre, avec multiples inversions temporelles. Le film est complexe, Nolan construit comme toujours ses scénarios comme un puzzle dont il faut imbriquer les pièces pour le comprendre. Certain aime les puzzles à 10 pièces, d’autres à 1000 pièces recto-verso: Bienvenue chez Nolan.

Tenet Movie GIF - Tenet Movie Nolan - Discover & Share GIFsAlors que reste-t-il de la première séance? Une ambivalence entre plaisir coupable d’un scénario ambitieux et le ratage d’un concept génial mais basé sur une intrigue calomnieuse. En effet, l’histoire autour des 9 artefacts qu’il faut reconstituer pour détruire la planète, ou inversement selon le sens de lecture du film, est une très bonne idée. Mais, c’est la liaison de l’histoire à travers le personnage de Kenneth Branagh et de sa femme qui sent mauvais. Toute cette histoire de toile pour faire chanter sa femme est bancale et n’apporte rien de clair, si ce n’est, nous détourner de l’intrigue principale pendant une heure. De plus, le vilain avec son accent russe accumulant des pétages de câble est parfois sur la corde raide. Très Bondien dans l’âme, un méchant plus fin aurait pu faire l’affaire, mais force est de constater que Sator représente un opposant rusé et bien menaçant pour faire passer la pilule. Passé la première partie sinueuse, la seconde partie même si bordélique est bien plus plaisante avec un spectateur qui se sentira bien plus impliqué. A travers les inverseurs, l’alchimie entre les acteurs fonctionne à merveille et Robert Pattinson en ressort ici grandit. Le degré de maîtrise scénographique est exemplaire, digne des cours de cinéma nouvelle génération, même si une petite déception persiste sur le fameux crash en réel de son 747.

Basé sur l’extrapolation de la science, Christopher Nolan n’est pas du genre à faire du film WTF où la philosophie l’emporte. Tout est ancré dans de la (méta)physique, faut juste avoir révisé son cours sur la relativité avant de voir le film! Adepte de la grandeur des images et de la sophistication de la pellicule, Nolan réalise encore un sublime film à gros budgets, au rythme effréné nécessitant une vraie implication du spectateur. Persistent cependant encore de nombreuses questions après le premier visionnage: À quel moment la boucle de la Kat du futur et la Kat originale se refermerait-elle? Pourquoi l’agence du futur souhaite à tout prix éradiquer l’humanité avec l’algorithme, quand bien même cela pourrait mener à leur propre destruction avec le paradoxe du grand-père? A moins que la réponse se trouve comment souvent dans l’existence d’univers parallèles et donc toute la mission serait inutile sur l’univers original. Grâce à Nolan, le film pose et posera encore question durant de nombreux mois. Sans nul doute un film fou, qui en laissera certains sur le carreau, Tenet mérite qu’on s’y attarde, et pas qu’une fois.

L’œuvre est audacieuse, impressionnante visuellement, complexe narrativement et radicale. Tenet est sans aucun doute l’œuvre la plus complexe de son auteur et pour autant loin d’être la meilleure (en première vision). Pour cinéphile averti, enfin chez Nolan on l’est déjà de façon intrinsèque.

Nolan est un des rares réalisateurs à provoquer de l’envie mais n’est-il pas allé trop loin avec Tenet?

 

 

Image

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.