The Mermaid (2016)

The Mermaid

Réalisé par Stephen Chow

Avec Jelly Lin, Deng Chao, Kitty Zhang Yuqi
Pays:  Chine
Genres : Comédie, Science Fiction, Fantastique, Romance
Durée : 1 h 34 min
Année de production : 2016
6.75/10
Résultat de recherche d'images pour "the mermaid"

Ils sont dingues ses Chinois! Stephen Chow avec toute la créativité qui le caractérise, réalise ici un film totalement fou, drôle et décomplexé. C’est du grand n’importe quoi, rien n’est rationnel, un véritable plaisir de découvrir un conte farfelu et amusant, qui nous sort des comédies standardisées. Pourtant tout ne fonctionne pas, les délires sont multiples et on se questionne sur la mise en scène qui part un peu dans tous les sens rendant parfois l’œuvre brouillon.

Mais chez Chow, on accepte les plus lourds traits d’humour et on encaisse même la plus bancale des histoires d’amour. Dans les faits, il n’existe rien ici qui soi digne d’être défendu, émotions dégoulinantes et humour débile sont l’apanage de ce cinéma du rire balourd qui s’offre en plus aujourd’hui les services d’une technologie numérique douteuse et approximative. Rattrapé parfois par des effets spéciaux sensationnels avec de brillantes animations d’eau ou de queue de poisson, on ne comprend pas certaines insertions qui piquent les yeux, laissant croire que la post-production a été à un moment donné bâclée, digne héritier des « Mockbuster ».

Mais le culot du réalisateur à entrer dans un délire qui lui est propre nous pousse à toujours découvrir ses nouvelles réalisations. Peu de comédies rivalisent avec les fulgurances du réalisateur à accoupler tragique et comique. Les mimiques des acteurs sont souvent exagérées et c’est ce qui rend le film drôle. Entre l’improbable octopus, le visiteur du musée qui esclaffe de rire à tout bout de champ ou le duo crétin de policier, chaque individu apporte sa dose humoristique. Et la description faite par les deux policiers d’une sirène est juste géniale. Mi-femme, Mi-poisson, les portraits-robots qu’ils réaliseront sont débiles et hilarants et ponctueront le film de moment ultime qui mérite d’être raconté. Enfin, la scène finale du combat entre les sirènes et les hommes est tout bonnement géniale, c’est juste décevant de voir qu’elle fût utilisée sur les réseaux sociaux pour promouvoir le film, laissant derrière un peu de frustration sur l’effet de surprise…

Chow continue de faire le show! Avec un humour parfois « bordeline » mais assumé, on apprécie chaudement le délire d’une comédie originale. Il faut juste savoir où vous mettez les pieds, enfin ici votre queue de poisson, quand vous mettrez votre bluray dans le lecteur!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.