Theatre Bizarre (The) (2012)

The Theatre Bizarre

Réalisé par Buddy Giovinazzo, Douglas Buck, David Gregory, Karim Hussain, Tom Savini, Richard Stanley

Avec Udo Kier, Virginia Newcomb, Amanda Marquardt
Pays :  France,   États-Unis,   Canada
Genres : Horreur, Étranger, Film à sketches
Durée : 1 h 52 min
Année de production : 2011
SPOILER
4.75/10

En hommage au CreepShow et au théâtre du Grand Guignol, cette œuvre rassemble plusieurs cinéastes de l’horreur.

Généralement dans les films à sketches on a souvent des parties toujours plus faibles que d’autres. Ici même si y a des séquences légèrement plus réussies, il n’y a pas véritablement de court qui se détache, qui vaut véritablement le coup d’œil. C’est médiocre et on « s’éclate » pas vraiment face à l’horreur de toutes les situations présentées. La liaison entre les films dans ce théâtre bizarre de pantins est la bienvenue mais ça manque de créativité.

THE MOTHER OF TOADS nous lance dans une histoire farfelue d’un homme qui va s’accoupler avec un batracien. C’est insolite (enfin pas pour angel.heart et ses films 50’s), mais la fin tombe comme un cheveu sur la soupe. Y a de l’idée, c’est une amorce à un bon sujet qui manque d’être développé. 5/10

I LOVE YOU montre une femme qui annonce à son mari qu’elle le quitte. C’est standard sur l’approche, avant que tout dérape. Y a un petit twist sympa. La photographie saturé est jolie. C’est peut être le moins sanglant mais c’est plaisant. 6.5/10

THE ACCIDENT présente une mère et sa fille en tant que témoins d’un accident de la route. Inutile. Trop court, pas de moral, et peu divertissant. Vite vu, vite oublié. 3/10

WET DREAMS : Une femme blessée se venge de son mari infidèle. C’est nettement le meilleur et peut être celui qui vaut le visionnage. En plus c’est réalisé par Tom Savini qui se prêtera au jeu de son propre film. C’est gore à souhait, c’est psychologique, c’est bien. Vive les mariés. 7/10

VISION STAINS : Une tueuse en série extrait les souvenirs de ses victimes à l’aide d’une seringue. Et dans l’oeil ça fait mal. C’est pas mal mais là aussi ça laisse à désirer sur la fin. Y a du potentiel mais c’est sous-exploité. 4/10

SWEETS exhibe un couple obsédé par la bouffe qui consume son amour. Un mélange de sexe et de bouffe à outrance. Ça se goinfre à en gerber, pour finir par bouffer de l’humain. C’est totalement décalé, y a de l’idée, mais ça manque de raison et d’intrigue. A table! 5/10

C’est bien dans le concept, j’avais adoré la série Histoire fantastiques qui garde ce même format autour du fantastique, ou la série mythique Les Contes de la crypte mais ici ça manque de finalité presque à tout les coups. J’attendais la crème du genre sur ce genre de projet. Loupé et hyper décevant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.