Tomb Raider (2018)

Tomb Raider

Réalisé par Roar Uthaug

Avec Alicia Vikander, Walton Goggins, Dominic West
Pays:  Royaume-Uni,   États-Unis
Genres : Action, Aventure, Fantastique
Durée : 1 h 58 min
Année de production : 2018
6/10
Image associée

Square Enix a rebooté son jeu en 2013 avec un nouveau personnage, Warner en profite aussi pour faire de même avec la saga filmique de Lara Croft en se concentrant sur les origines de l’héroïne. C’est ainsi qu’Alicia Vikande devient la nouvelle égérie de la mythique et sexy héroïne de jeu vidéo, même si le personnage de Tomb Raider a fait du chemin en terme de représentation de son personnage, en réduisant toute sexualisation de ses formes.

Le développement du personnage est ainsi plus profond, l’actrice colle parfaitement au personnage, l’héroïne se donne bien du mal pour nous captiver, et pourtant, sauf peut-être pour les aficionados du jeu vidéo, ce film d’aventure ne sera pas à la hauteur de nos attentes. Loin d’être des chefs-d’œuvres on regretterait presque le côté « nanardesque-sexy » et ultra-dynamique du diptyque avec Angelina Jolie. Malgré toute l’énergie déployée par l’actrice suédoise Alicia Vikander, on a l’impression d’être dans une introduction d’une saga qui n’est là que pour introduire les prochains films. Près de 40 minutes pour s’installer sur l’île puis tout autant pour confronter les personnages avec un vilain tout droit sortit des mauvais films des années 90. Mais tout n’est pas à jeter. Tomb Raider, nouvelle génération, mêle une jolie ambiance à la Indiana Jones avec de jolis décors et quelques cascades, même si le potentiel de l’île du Yamatai n’est pas assez exploité. Lara Croft combative et élégante, souffre, gémie, saigne et se pète la gueule, même si on sait que c’est pour mieux se relever. Plus réaliste, plus humaine, son personnage est relativement bien construit. Cependant, les enjeux ne sont pas assez mis en avant, le côté archéologique et mythologie ne sont pas assez prononcés, peu de crainte pour notre globe-trotteuse, on reste finalement trop passif.

Une adaptation de jeu vidéo qui n’a rien de catastrophique, elle reste fidèle au reboot de la saga vidéoludique et a minima divertissante. On sait la difficulté d’adapter un jeu, qui par le passé se basait plus sur le gameplay que leur capacité à raconter une histoire. Lara Croft a au moins le mérite d’avoir toujours été construite autour d’une histoire et donc indirectement vers le 7ème art, facilitant ainsi ses adaptations. On espère juste que la prochaine aventure soit plus incisive et sensationnelle, ce que nous prédestinent ses deux flingues et sa tresse sur le dernier clin d’œil de fin! On reste ici bien trop sur notre faim.

Il vaut encore mieux se concentrer sur le jeu vidéo que sur son adaptation, faute à un scénario ridiculement faible et peu inventif, même si Alicia Vikander remplie pleinement bien le contrat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.