Toxic (1985)

Toxic
« The Toxic Avenger »

Réalisé par Lloyd Kaufman, Michael Herz

Avec Mitch Cohen, Andree Maranda, Jennifer Prichard
Pays:  États-Unis
Genres : Science Fiction, Action, Comédie, Horreur
Durée : 1 h 27 min
Année de production : 1984
5.5/10

Image associéeDans un concept assumé de série B, Toxic est un nanar trash et kitsch, aux acteurs pitoyables et au doublage encore plus déplorable que la propre performance des acteurs. On pourrait lui décerner le navet d’or et pourtant Toxic tourne en ridicule les modèles de société souvent véhiculé par le cinéma grand public sans jamais nous lasser, tout en se moquant de ses personnages. C’est laid, gore, parodique, con, sexy et déjanté, aggravé à une surenchère dans la crétinerie scénaristique qui devient « presque » culte dans le genre qui le caractérise.

Il faut s’acclimater à l’environnement pour ne pas vomir trop vite. Car en effet, les personnages à l’hystérie un peu trop poussée sont très agaçants. Melvin, le technicien de surface, simplet de nature, va se transformer en héros bestial au contact de déchets toxiques. Rien n’est crédible, ses expressions sont exagérées et rien que son apparence le pousse à être le souffre douleur de la bande. Bozo, rien que son surnom en dit long sur le personnage, n’est pas non plus le personnage le plus subtil a être mis en scène. Caïd de seconde zone, son passe-temps favori est d’écraser les enfants de la rue. Cela montre le niveau d’écriture, avec un bad guy qui n’est là que pour provoquer la revanche de Toxic Avenger qui va s’amuser à démembrer, décapiter, lapider ses victimes. Marié à une jolie aveugle, Melvin n’a plus de compassion si ce n’est pour sa femme. La relation qu’il entretient avec elle est totalement risible, on n’y croit pas un instant et pourtant on s’attacherait « presque » à cette petite aveugle. On regrette cependant que la partie sexy ne soit pas plus prononcée pour que le délire soit pleinement jouissif.

Avec un budget raz des pâquerettes, finalement ce n’est pas si mal fait. C’est drôle, gore et toujours dans l’exagération. Heureusement, tout ce méli-mélo de maquillage, de sang et mauvaises interprétations dure moins que 90 minutes, il n’aurait pas fallu en faire une saga « quadrilogique » (rires)!

De la bonne série Z bien pourrie, du vrai nanar volontaire! Toxic Avenger rentre même au panthéon des visages cultes du 7ème art et pourtant ce n’est pas pour la qualité de l’œuvre de Lloyd Kaufman!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.