Transformers 3: La Face cachée de la Lune (2011)

Transformers 3 : La Face cachée de la Lune

Réalisé par Michael Bay

Avec Shia LaBeouf, John Malkovich, Ken Jeong
Pays:  États-Unis
Genres : Action, Aventure, Science Fiction
Durée : 2 h 18 min
Année de production : 2011
7.5/10

Après un premier opus assez remarquable, un second opus sans originalité, nous voilà reparti pour un 3ème épisode qui mélange un peu les deux sentiments que j’ai des deux premiers films. En effet, on retrouve LaBeouf qui va de nouveau se faire entrainer dans les entrailles des robots pour notre plus grand plaisir. L’introduction est un peu longue quand on attend ce genre de film, le film prend le temps de s’installer. Mais finalement ce n’est pas un mal quand on sait que la suite va nous « décérébré » et nous en mettre plein les yeux et les oreilles.

Comme beaucoup on retiendra les effets visuels mais surtout la scène de la découpe de l’immeuble en deux. Et sur grand écran en 7.1 (vu que le BD est en Anglais 7.1) on se fait plaisir, je regrette pas de l’avoir loupé au cinéma pour le découvrir à la maison. Le doublage français (enceinte central) est encore plus efficace sur les scènes d’action.

Shia Labeauf, chouchou de Spielberg, qui lui doit sa carrière, fait globalement bien son taf. J’entends souvent qu’il est mauvais, franchement il est crédible, remue bien ses petites jambes quand il court, et quand il envoie ses répliques c’est pas mauvais. Par contre, on a perdu la truffe de Megan Fox qui avait le mérite de nous montrer ses belles lignes pour une autre « poire » bien pire. Rosie Huntington-Whiteley en plus d’être inefficace, mauvaise, elle est ridicule avec sa bouche en cul de poule. Difficile d’être plus agaçant qu’elle. Dans cet opus, Shia Labeauf n’est pas seul. Une équipe en plus des robots l’entoure, et ça rafraichit un peu les personnages de voir des gros black, des G.I Joe munie de gros gun, voir de rocket. On est un peu moins sur du « seul contre tous », ce qui rend un peu plus crédible les combats, même si ca reste souvent du grand n’importe quoi. Je subirai une demi-chute comme eux, je serai à terre a crier: Aïeeeee!

Franchement, je sais que la 3D est prépondérante aujourd’hui dans ce genre de blockbuster, mais je reste toujours bluffé sur l’intégration des acteurs dans un environnement virtuel tel que celui de cette ville anéantie par les robots. C’est prodigieux d’arriver à faire ce genre d’image finalement à partir de rien. Ça serait un choc de montrer ce genre de film dans un monde plus ancien, les spectateurs ne comprendraient pas.

Ne vous attendez pas à une grande histoire, même si le scénario est loin d’être ridicule, ce blockbuster fonctionne, il nous offre ce qu’on attendez de lui. C’est efficace, c’est du Michael Bay!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.