Ultimate Game (2009)

La crise cardiaque assuré pour Terrence Malick

Ultimate Game

Réalisé par Mark Neveldine, Brian Taylor

Avec Gerard Butler, Michael C. Hall, Logan Lerman
Pays:  États-Unis
Genres : Action, Science Fiction, Thriller
Durée : 1 h 35 min
Année de production : 2009
7.75/10

Mark Neveldine et Brian Taylor sont des réalisateurs survoltés. Ils l’ont déjà prouvé dans le passé avec les deux volets d’Hypertension. Cette fois ils remplacent Jason Statham par Gerard Butler dans l’univers des jeux vidéo pour Ultimate Game, un film bourrin et décomplexé. Et oui ne vous attendez pas à du Malick, ici on est sur du bon « gros » film de mecs, sans fioritures, très rentre-dedans. La réalisation de Neveldine/Taylor est toujours détonante et l’image fabuleuse (film tourné en 4K).

Le sujet a été (trop) rarement traité au cinéma et pourtant un sujet d’actualité avec les jeux très addictifs mis en place ces dernières années et surtout avec la mise en place prochainement des jeux en réalité virtuelle. En 1982, Tron fût précurseur sur le sujet. Presque 20 ans plus tard, on a eu le droit à eXistenZ l’indigeste film de Cronenberg. Année 2000, X-Files (ben oui je reviens toujours à ma série fétiche) exploite le sujet de façon remarquable avec l’épisode 7×13 : Maitreya pour finir en 2001 avec le très sympathique Avalon mais qui reste très (trop) complexe pour être apprécié à sa juste valeur. C’est en 2009, qu’Ultimate Game affrontera ce thème sans prendre de pincette et se la « jouera » de façon remarquable pour un tel sujet.

 Le scénario tiens la route, on est captivé par l’avancement du jeu même si les ficelles émotionnelles et scénaristiques ont été déjà tiré sur d’autres films le papa tueur qui veut retrouver sa petite fille ou le gentil businessman qui retourne sa veste pour le mettre profond au méchant papa qui va devenir finalement le grand gentil de l’histoire…)

Gerard Butler toujours aussi charismatique s’en sort dignement. Sa performance est excellente, on n’imagine plus l’acteur quand on regarde le film mais le guerrier qui se cache derrière l’acteur. Michael C. Dexter Hall ne m’a pas convaincu. Son personnage est téléphoné, on imagine bien qu’il va retourner sa veste et puis sa coupe à la Luke Skywalker m’insupporte.

Le traitement de l’image est vraiment réussi, avec les effets de « cryptage » de l’image ca rend vraiment bien. L’immersion est totale.
Dès l’introduction du film on est captivé par les scènes totalement déjantées et explosives du jeu Slayers. Les scènes dans le jeu Society qui sont en totale opposition avec le jeu précédemment cité sont tout aussi énormes sans oublier de nous rappeler certaines scènes du film Hyper tension 2. En quelques images, les réalisateurs ont réussi a donner un sens et une âme à leurs jeux qui sont finalement que fiction.

En résumé, le film est bien bourrin, dans la lignée des autres réalisations de Neveldine/Taylor qui ont su imposer leur marque de fabrique en trois films. Allez il me reste plus qu’à aller m’acheter le Blu-ray qui parait-il est une mine d’informations sur les procédés de tournage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.