Underwater (2020)

Underwater

Réalisé par William Eubank

Avec Kristen Stewart, Vincent Cassel, Mamoudou Athie
Pays:  États-Unis
Genres : Horreur, Science Fiction, Action, Thriller
Durée : 1 h 35 min
Année de production : 2020
6.5/10

Critique : Underwater | Une série B comme on les aimeSous ses allures de film catastrophe, le film va vite dériver sur de la science-fiction sous-marine, sous l’influence d’un cultisime Alien. Même si l’histoire est assez prévisible, la dynamique de la mise en scène rend le déroulement du film oppressant. Bien que l’urgence soit palpable dès le début, on perçoit le survival à plein nez. Kristen Stewart, cheveux courts, va braver effectivement, voire un peu trop facilement, les différents dangers qui se mettent en travers de son chemin. Dans la station sous-marine, les longs tunnels des installations à la façon des stations spatiales, rendent l’atmosphère pesante et sans grande échappatoire.

L’introduction des monstres est un peu légère. Les créatures aux allures de Kaijū sont certes assez impressionnantes mais les combats ne nous satisferont qu’à moitié, du fait de la faible luminosité de l’environnement dans lequel se déroule l’action. L’image est trop trouble, floue et verdâtre et manque de finesse. Contexte qui sert bien ce type de scénario en ne rendant pas nécessaire des prises de vue d’une grande précision appuyant l’inquiétude et la désorientation.

Sans se décourager, le spectateur suit l’héroïne sans déplaisir mais le manque cruel d’émotion et de tension va se ressentir sur la longueur. De plus, la conclusion avec le  »lâcher » de module est bien puante, déstabilisant toute la crédibilité de l’intrigue jusque-là échafaudée. Comme si les modules ne pouvaient pas accueillir deux personnes, même un peu serrée, (ce n’est pas faute d’avoir remis en question la place de Jack et Rose sur une planche près du Titanic!) dans un contexte de survie insoutenable… même si la fin de toute façon s’en trouvera au final inchangée. Kristen Stewart est assez convaincante dans son rôle, en tout cas bien plus que le pauvre rôle de Vincent Cassel, qui nous fait quand même la surprise d’être dans ce genre de film, loin des choix de carrière qu’il a pu faire par le passé.

 Le film est loin d’être mauvais mais manque d’une réelle identité pour avoir une forte influence dans le monde de la science-fiction, étant lui-même influencé par d’autres œuvres passées. Un bon divertissement, qui risque avec le temps, de s’enfoncer petit à petit dans les abimes de la mémoire des cinéphiles.

Des atouts mais pas totalement exploités. Divertissant et c’est déjà pas mal.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.