Valérian et la Cité des mille planètes (2017)

Valérian et la Cité des Mille Planètes

Réalisé par Luc Besson

Avec Dane DeHaan, Cara Delevingne, Clive Owen
Pays:  Belgique,   Canada,   Chine,   France,   Allemagne,   Émirats arabes unis,   Royaume-Uni,   États-Unis
Genres : Aventure, Science Fiction, Action
Durée : 2 h 17 min
Année de production : 2017
7/10

Résultat de recherche d'images pour "Valérian et la Cité des mille planètes"Luc Besson signe une nouvelle adaptation riche et dense, à la hauteur de son budget colossal. Pourtant, dès les premières images, le ton est irrégulier et il est difficile d’entrer dans ce scénario étrange. Entre ce monde idyllique épuré et un peu trop plastique, là où ses habitants nous crachent leur joie de vivre à la gueule et le monde d’après, là où Valérian et sa compagne vont défier les lois de la réalité virtuelle, on peine à être convaincu. A la fois, on se retrouve avec un image livide, lisse et sans caractère pour ensuite se téléporter d’un monde à l’autre, en cherchant à comprendre tous les enjeux du scénario, sans vouloir se faire distancer dès le premier quart d’heure. Mais au final, rien de bien compliqué, dès lors où Besson installe l’intrigue, on se laisse rapidement captiver par la richesse de ses personnages.

La multiplication des races/personnages est impressionnante comme les mondes qui en découle. Entre terres, mers et airs, on est balourdé à travers les mille planètes et on est impressionné à chaque fois de la richesse de ces dernières. L’univers est immersif et accrocheur. Le tout reste simple même si parfois maladroit. La photographie est éclatante et la photo de classe autour du design de chaque extraterrestre vaut le coup d’œil.

https://img.purch.com/w/660/aHR0cDovL3d3dy5zcGFjZS5jb20vaW1hZ2VzL2kvMDAwLzA2Ny85NDMvb3JpZ2luYWwvVmFsZXJpYW4tQWxpZW5zLTEwLmpwZw==Notre duo de héros est sympathique, malheureusement cela manque parfois d’alchimie, de charisme et de nuance, Valérian ne cherchant qu’à « pecho » Lauréline. L’humour fonctionne bien, on appréciera certains personnages comme les trois Doghan Daguis. La promotion de Rihanna est burlesque mais on appréciera sa transformation en gentille créature pour nous faire oublier son rôle premier de chanteuse. Alain Chabat a la classe dans un accoutrement baroque et somptueux le rendant charismatique et unique. Il aurait mérité une exploitation un peu plus riche! Tout comme Ethan Hawke qui est sous-exploité dans un rôle oubliable. Enfin Clive Owen est un choix judicieux et on apprécie son immersion dans cette adaptation.

Saluons l’inventivité et l’effort d’un réalisateur français mal-aimé et pourtant créatif qui aura le privilège de faire vivre les planches de Jean-Claude Mézières. Malgré une narration erratique, on est rapidement captivé par l’univers riche de la BD et d’un cinéma de S-F autre. Un honorable divertissement ponctuée par la jolie B.O d’Alexandre Desplat, qui ne vaut pas cette déferlante de critique négative, surtout quand on voit le nombre de navets qui ponctuent nos salles de cinémas.

Un foisonnant space opéra aux multiples univers. Un film dense, vacillant entre l’inquiétant et le merveilleux. Besson l’a fait et on ne dirait pas non à une suite des aventures de Valérian!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.