Vie est un long fleuve tranquille (La) (1988)

La vie est un long fleuve tranquille

Réalisé par Étienne Chatiliez

Avec Benoît Magimel, Valérie Lalande, Catherine Hiegel
Pays:  France
Genres : Comédie
Durée : 1 h 30 min
Année de production : 1988
4.5/10

Résultat de recherche d'images pour "La vie est un long fleuve tranquille"Dans le paysage des comédies françaises, La vie est un long fleuve tranquille d’Etienne Chatillez est un classique. Et pourtant les années passantes, le film a pris un gros coup de vieux, délaissant l’humour et la morale pour être une vulgarisation autour de l’adoption. Le constat est rude, en effet le rythme des gags est idéal sur la première partie pour finalement décliner pendant tout le reste du film, avec des scènes qui se suivent et se ressemblent, faisant perdre immanquablement tout le potentiel humoristique de cet improbable et pourtant existant échange d’enfants.

Chatillez en réalisant son premier film ciblera déjà un genre qu’il continuera à traiter par la suite: la comédie franchouillarde, sociale et familiale. En effet, ici il se focalise sur la famille, pour ensuite sur ses prochains films traiter la vieillesse avec Tatie Danielle ou la jeunesse avec la génération Tanguy. Ici, il oppose la famille conservatrice avec la famille « ringarde ». L’idée était bonne, mais la comédie est très mal exploitée découlant sur un humour finalement assez pauvre. Que ce soit chez les Groseille ou les Le Quesnoy, tous les personnages sont agaçants, plongeant le stéréotype dans une lourdeur malsaine. Heureusement, il y a Patrick Bouchitey (le créateur de La vie privée des animaux)  qui nous offrira un petit moment de choral culte avec sa chanson « Jésus revient ». D’un réalisme flagrant, ses références évangéliques sont assez drôles, surtout face à sa raideur et son sérieux implacable!

Malheureusement, on reste sur sa faim sans véritable conclusion, sans un pic d’humour, comme si le scénario avait fait le tour des deux familles, sans s’apitoyer sur un personnage, une famille ou une situation complexe. Finalement, une fois que le petit Momo retrouve sa vraie famille, plus rien ne se passe à notre grand désarroi. On est loin du traitement moral d’un film comme Tel père, tel fils. Et si on avait rit au moins, on aurait au moins apprécié le divertissement avec toute sa legerté mais malheureusement on reste consterné face à la caricature. Heureusement, Chatillez s’améliorera par la suite.

Un classique qui s’effrite avec le temps. Peu drôle, caricatural, La vie est un long fleuve tranquille est une comédie sans saveur et sans morale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.