Vive les vacances (2015)

Vive les vacances

Réalisé par John Francis Daley, Jonathan M. Goldstein

Avec Ed Helms, Leslie Mann, Chris Hemsworth
Pays:   Ă‰tats-Unis
Genres : Aventure, Comédie
Durée : 1 h 39 min
Année de production : 2015
6/10

ComĂ©die Ă  l’amĂ©ricaine, 7Ăšme film de la franchise depuis 30 ans, il ne faut pas s’attendre Ă  de la grande nouveautĂ©. Et c’est en Ă©crivant cet avis, Ă  l’origine mitigĂ©, que finalement je prends plaisir Ă  me remĂ©morer le meilleur de cette grosse plaisanterie. C’est presque plus un remake-hommage au film original qu’une comĂ©die novatrice dans le genre. On prend les mĂȘmes blagues et on les actualise en les rendant plus trash. Toutes les blagues ne sont pas rĂ©ussies, mais la plupart sont drĂŽles, beaucoup sont surprenantes et on aime rire de la bĂȘtise du pĂšre de famille jouĂ© par Ed Helms. La comĂ©die lui va si bien!

On le suit ici sans dĂ©plaisir durant la fameuse traversĂ©e des États-Unis pour rejoindre un grand parc d’attractions, pĂ©riple d’autant plus dangereux et dĂ©lirant quand cela est effectuĂ© par une famille bien stupide. Si les blagues Ă  l’humour scatologique rĂ©trograde ne vous plaise pas, il vous reste au moins la dĂ©couverte de magnifiques paysages amĂ©ricains. Non mais c’est une blague, si vous aimez pas cet humour d’attardĂ©, passez votre chemin!

DĂšs le gĂ©nĂ©rique du dĂ©but on esquisse des sourires avec ces photos qui dĂ©voilent Ă  chaque dĂ©ploiement d’un titre la partie cachĂ©e insolite. Elles dĂ©montrent aussi que la famille « Chombier » n’est pas isolĂ©e dans le monde, vu qu’elles sont tirĂ©es de rĂ©elles situations. Le gĂ©nĂ©rique de fin reprendra avec brio le concept mais avec les personnages du film. BasĂ© sur l’exagĂ©ration, l’humour passe bien, et mĂȘme si on ne rigole pas Ă  un gag, on est sur d’ĂȘtre cueilli par un autre quelques secondes plus tard. Le film s’Ă©tire parfois en longueur, la route est longue mais quand la famille, Ă  peine arrivĂ© au Walley World, s’affirme en castagnant une autre, on ne boude pas notre plaisir de voir toute la bande solidaire. Reprenant des musiques connues, on est parfois hilare de dĂ©couvrir certains passages, surtout quand la famille descend au ralenti le grand canyon avec un instructeur suicidaire avec en fond sonore « Without you » de Nilsson! On apprĂ©ciera le clin d’Ɠil de la musique du gĂ©nĂ©rique utilisĂ© dans le film de 1983.

Afficher l'image d'origineCette comĂ©die nous fait d’ailleurs penser au rĂ©cent film Les Miller. Par l’imbrication de chaque membre de la famille, plus fĂȘlĂ© les uns que les autres, mais aussi par leurs hĂ©roĂŻnes interprĂ©tĂ©es par une ancienne « jeune » comĂ©dienne de sĂ©rie TV. AprĂšs Jenifer Aniston, c’est Christina Applegate qui s’y colle et va subir les fracassantes aventures d’une famille totalement barge. Se rajoute ici un Ă©lĂ©ment important, un personnage de la plus haute importance: la voiture albanaise. Un running gag qui va nous tenir durant tout le film avec ses gadgets farfelus et sa tenue de route dĂ©concertante. On apprĂ©ciera le rĂŽle bien membrĂ© de Chris Hemsworth. Tout comme les rĂŽles (gros camĂ©os) des grands-parents interprĂ©tĂ©s par Chevy Chase & Beverly D’Angelo, les chefs de famille de la saga originale, Bonjour les vacances (1983).

30 ans jour pour jour, en mĂ©moire de John Hughes, les scĂ©naristes Jonathan Goldstein et John Francis Daley signent un premier long-mĂ©trage rĂ©crĂ©atif. Si le fait de reprendre le concept d’une saga nuit Ă  la crĂ©ativitĂ©, les drĂŽleries d’Ed Helms rattrapent le tout. Une comĂ©die estivale loufoque, mĂȘme si parfois lourdingue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.