Whiplash (2014)

quinzainedesreal

Whiplash

Réalisé par Damien Chazelle

Avec Miles Teller, J.K. Simmons, Melissa Benoist
Pays :  États-Unis
Genres : Drame, Musical
Durée : 106 minutes
Année de production : 2014
8.5/10

Que l’on soit pas musicien ou que l’on n’est pas l’oreille musicale, il n’y a aucune incidence sur l’émotion que procurera le film, même si ca peut être un plus. J’ai pris une sacrée claque avec cette œuvre adaptée d’un court-métrage (Prix du jury à Sundance en 2013) du même réalisateur que je n’attendais pas plus que ça vu la thématique. Je suis resté totalement captivé sur la totalité du film, jusqu’à sa dernière note. La réalisation est brillante. Sur un ton chaud et boisé, les personnages iront à contre courant de cet esprit convivial.

Le jazz, musique partie de la rue, est montré ici d’une façon très académique, ce qui est devenu une certaine réalité avec un haut niveau d’exigence dans des conservatoires telle que celui de Manhattan. Comme beaucoup de métier artistique, la souffrance et l’acharnement sont les maitres mots pour être le(s)meilleur(s). La performance du tyrannique J.K. Simmons est absolument extraordinaire, tout comme celle de son poulain Miles Teller, qui devra s’entrainer dur pour livrer une telle performance musicale (même si beaucoup de plan des mains sont doublées). La difficulté est tellement bien montrée qu’on souffre pour le héros, on a du respect pour son professeur même si on sait qu’il va trop loin! Les insultes incisives de Simmons sont sublimement bien trouvées, les métaphores sont drôles et rabaissent efficacement son prochain. On semble être parfois être dans la légion étrangère du 4ème art.

La dernière partition jouée est remarquable, jamais au cinéma nous avions pu vivre un tel acharnement sur un instrument de musique. Quand on pense que cela va s’arrêter cela reprend de plus belle. Le fight entre le maitre et l’élève est digne d’un combat à main nu, leur relation est ambiguë et malsaine. Et lorsque la baguette se lève une dernière fois, le public retient son souffle… plus un bruit… on est captivé, énervé, attendri, le final clôture dignement cette œuvre.

Chazelle tel un maestro passionné de musique offrira une panoplie d’émotion avec deux acteurs sensationnels.
Un beau coup de baguette du jeune réalisateur!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.