X-Men: Apocalypse (2016)

X-Men : Apocalypse

Réalisé par Bryan Singer

Avec James McAvoy, Jennifer Lawrence, Michael Fassbender
Pays:   États-Unis
Genres : Action, Aventure, Fantastique, Science Fiction
Durée : 2 h 27 min
Année de production : 2016
7/10

Bryan Singer converti en Stan Lee de l’audiovisuel pour la saga X-Men. Sur deux trilogies (sans parler des spin-off et de son implication en tant que scénariste et producteur), Singer réalise déjà 4 films autour de la célébrissime saga de comics X-Men. Maniant avec dextérité les multiples personnages, Singer arrive encore à nous divertir! Pourtant, la lassitude autour des super-héros se fait ressentir et il n’est pas évident d’innover dans le genre. Deadpool, spin-off de la saga, y est arrivé avec magnificence ce printemps, X-Men Apocalypse ne fera que continuer à approfondir son univers et ses personnages aux multiples pouvoirs.

Afficher l'image d'origineAu départ, le scepticisme s’installe, avec un générique ultra moche et une redite qu’on n’a pas foncièrement envie de subir. Heureusement, l’intrigue après une demi-heure de film prend du sens et les effets numériques semblent bien plus soignés, à moins que notre cerveau combiné à notre œil irrité s’accommode des couleurs vives de nos super-héros! En effet, au-delà des nombreux clins d’œil aux anciens épisodes, les scènes d’action à foison nous agacent parfois, laissant un film certes rythmé mais trop long. Quand on a vu une salve d’explosion, on est plus très impatient de voir la clôture du feu d’artifice, on est finalement vite rassasié d’effets numériques en tous genre.

L’insertion dans le récit d’un dieu égyptien va difficilement convaincre les incrédules et condamne le scénario au rang des histoires de super-héros hyper banales, démontrant toujours la même rengaine du bon face au mal. Apocalypse n’est qu’un méchant parmi les autres. Cependant, si le film se retrouve finalement assez brillant, c’est grâce à la construction de ses personnages et essentiellement des deux protagonistes anthologiques de la saga X-Men, Professeur Xavier et Magneto, qui arrivent même à nous faire oublier Wolverine. On apprécie de voir la construction des personnages, rendant ces mutants plus humains en dévoilant toute la genèse de leur intégration dans l’école de Xavier ou leur engagement dans le sombre côté obscur.

La scène de Vif argent est de nouveau la scène la plus réussie et la plus drôle. L’effet ralenti permet de nous poser dans une scène d’action détonante, rythmé par Eurythmics avec son célébrissime Sweet Dreams (Are Made Of This). On apprécie de voir la cinématique et la dynamique des objets flotter dans un espace ardant, humainement invisible à vitesse réelle. Le fauve, Mystique, Cyclope, Tornade et autres comparses sont finalement tous attachants, certainement parce qu’on a l’impression de les avoir vus grandir. Jean Grey est finalement celle qui a le plus du mal à nous convaincre, surtout quand on découvre sa faculté à tout détruire rapidement, un atout majeur pour détruire plus rapidement Apocalypse. Famke Janssen a été trop importante dans ce personnage, ne laissant finalement peu de place à sa nouvelle interprète plus jeune: Sophie Turner. Enfin, Psylocke semble être le personnage un peu oublié. Elle arrive un peu soudainement, elle ne laisse pas indifférent face à sa tenue sexy et sa jolie plastique, mais elle ne sera aucunement approfondie, laissant croire qu’elle n’est là que pour apporter une pointe de féminité dans ce monde de brutes.

La multiplicité des personnages rend la saga riche. Même si le redondant manichéisme du « bon » contre le « mal » perdura dans le monde des super-héros, on apprécie la volonté de Bryan Singer à approfondir ses personnages, à l’image du concepteur des X-Men, Stan Lee. On parle bien ici d’une saga, laissant place à une grande famille digne de la lignée d’une dynastie… dans le monde de chez Marvel.

2 commentaires sur “X-Men: Apocalypse (2016)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.