Keoma (1976)

Keoma

Réalisé par Enzo G. Castellari

Avec Franco Nero, Woody Strode, Olga Karlatos
Pays:  Italie
Genres : Action, Western
Durée : Durée inconnue
Année de production : 1976
6.75/10

Contraint et forcé de voir ce film pour le BoMcast, je suis toujours satisfait de découvrir une œuvre que j’aurai jamais pris la peine de voir surtout à cause d’un genre qui ne me parle pas. Alors si on veut résumer mon avis faudrait juste écouter l’émission #4 du BoMcast et faire abstraction de mes écrits. Mais comme je suis gentil, je vais quand même développé mon ressenti.

Alors pour la partie qui m’a déplu et qui pourtant a été mis en avant positivement par Scalp dans l’émission est la réalisation. Comme quoi avec les mêmes images vu par deux personnes différentes, la mise en scène ne peut être apprécié de la même façon. Pour ma part, j’ai vraiment peu apprécié certaine scène à cause d’une caméra omniprésente, avec des mouvements de travelling qui vient chercher un personnage. J’avais l’impression de sentir l’équipe du film face à l’acteur le pointant avec une grosse caméra. Que ce soit le dialogue de Kéoma avec son père avec un travelling circulaire de 5 minutes, ou des mouvements de rotation autour d’une calèche pour s’en rapprocher trop grossier. Oui ca m’a dérangé, et il est important d’éviter de faire sortir le spectateur du film à cause d’un mouvement de caméra, certes pensé et réfléchi mais peut être pas utilisé à bon escient.

L’histoire quand à elle est basique mais on se prend de compassion pour les personnages que ce soit pour Keoma, ou son pote George. Les trois frères par contre sont assez agaçants et cabotine. Très clichés, il reste des soit disant grands méchants peu crédibles même si les flash-back sont relativement bien utilisés. En tout cas ca en fait des bonnes têtes à claques! La dernière scène est assez remarquable sur son ambiance avec un temps pluvieux, de nuit, et un Keoma avec une barbe longue, foulard autour de la tête qui rappel étrangement la couronne d’épines de Jésus.

Point aussi qui peut faire débat: la B.O! Très spéciales, agaçante pour certain, enivrante pour d’autres, personnellement j’ai adoré. Même si elle revient à plusieurs reprises (ils ont fait des économies de chanteuse), et qu’elle nous « conte » l’histoire en même temps qu’on y découvre l’image, le thème reste beau. Ça peut hérisser les poils de certains dans le bon ou dans le mauvais sens tellement c’est spéciale à l’écoute. Sa voix vacille, c’est pas net mais c’est qui fait le charme des chants (Scalp ca te changera de chez Disney).

Un western plaisant, basique sur l’histoire mais qui apporte une touche innovante sur effet. Alors que m’a note était identique à celle d’ Impitoyable je la booste un poil afin de montrer que j’ai une préférence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.