Play (2011)

Play

Réalisé par Ruben Östlund

Avec Yannick Diakité, Sebastian Blyckert, Kevin Vaz
Pays:  France,   Suède
Genres : Crime, Drame
Durée : Durée inconnue
Année de production : 2011
6.5/10

Sujet abordé de façon complentative avec une succession de plans séquences approchant souvent les 8 minutes. Le sujet est d’actualité (enfin même si cette actualité ça fait 20 ans qu’on en parle) mettant en avant une bande de d’jeun’s noirs entrain de racketter des gamins à peine plus jeunes sans utiliser la violence. Alors même si quelques clichés sur les noirs et les blancs se font ressentir, le film tient grâce au groupe de jeunes investit et juste qui arrive a procurer une menace permanente auprès des blanc-becs mais aussi vis-à-vis du spectateur. Pourtant une menace qui ne provient finalement que de leur apparence. Les acteurs âgés a peine de 14 ans tiennent parfaitement leurs rôles, pendant parfois près de dix minutes, passant d’une émotion à une autre. Ça transpire la vérité!

En parallèle, nous avons le droit de suivre le destin d’un landau perdu dans un train. Anecdotique au premier abord, drôle par la suite, cette tranche de vie du berceau n’a aucun rapport avec le fil conducteur de l’histoire, le réalisateur a voulu juste faire un parallèle avec le coté rigide du système social & éducatif suédois (et des pays nordiques en général). C’est assez déroutant et finalement on aurait pu se passer de ce parallèle, mais la scène finale raccrochera vaguement les deux histoires.

La fin laisse son lot de question. [Spoiler] L’intervention du père qui va (re)prendre le téléphone au gamin, et qui finalement soulève la question ultime: est-ce que finalement la fin n’est-elle pas le début et que les « blacks » ont tout simplement voulu reprendre leur bien. C’est finalement bien emballé, le doute persiste, et le landau trouve lui aussi sa place!

Malheureusement j’ai trouvé beaucoup de scènes pas toujours utiles ou longues comme celle où on voit un jeune faire 84 pompes en temps réel. C’est dommage ça casse le rythme.
Un bon film pédagogique qui décrit finalement bien la lâcheté (pour les uns) et la peur (pour les autres) de gamins pré-pubères en quête de nouveautés technologiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.