Evasion (2013)

Évasion

Réalisé par Mikael Håfström

Avec Sylvester Stallone, Arnold Schwarzenegger, Jim Caviezel
Pays:  États-Unis
Genres : Action, Thriller
Durée : 1 h 55 min
Année de production : 2013
7.25/10

Ce qui est paradoxal c’est de prendre son pied face à un film bourré de défaut, mais offrir au public les deux plus grands acteurs musclés des années 90, y a de quoi ce faire plaisir et jouir de cette situation tant attendue. On va me dire mais y a eu Expendables, mais a part se croiser et s’auto-congratuler, l’alchimie entre les deux grands n’y était pas. Ici c’est un vrai partenariat, une vraie entente et on sent la complicité des deux héros.

Même si Stallone semble tirer la couverture à lui en ayant un rôle un peu plus important et surtout qu’il est le seul maillon à pouvoir s’échapper de la prison, il en reste pas moins que Schwarzy est complémentaire. Les deux n’ont plus l’agilité d’avant, mais quand une « patate » part dans la gueule d’un autre ça fait toujours autant de bruit.

La réalisation est assez standardisée, typée 90’s, le montage et le rythme permet d’avoir un film sans temps mort, avec une bonne ambiance musicale; on est rapidement captivé par la problématique. On sent bien que dès le départ il va y avoir un souci dès qu’on émet le faite que personne est au courant de cette épreuve expérimentale et que Sly va être confronté à des gros durs mais ça n’empêche qu’on se laisse captiver par cet environnement pénitencier du futur. Sans être à la hauteur d’un Haute sécurité, j’ai ressenti même quelques tensions. Le film comporte de grosses ficelles, voir des cordes, avec une tentative d’évasion ridicule avec la dilatation de rivets grâce à une plaque qui reflète la lumière (en plus il faudrait au contraire les rétracter pour les retirer et non le contraire) ou tout simplement la complicité avec le docteur qui les aidera trop facilement et qui finalement décrédibilise tout ce qui est mis en œuvre par les deux compères et je ne parle pas du twist finale peu utile, mais avec ou sans on prend plaisir.

Un bon divertissement mais surtout un rêve de geek de retrouver « deux grands » face à face au cinéma.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.