Army of Thieves (2021)

Army of Thieves

Réalisé par Matthias Schweighöfer

Avec Matthias Schweighöfer, Nathalie Emmanuel, Ruby O. Fee
Pays:  Allemagne,   États-Unis
Genres : Action, Crime, Thriller
Durée : 2 h 07 min
Année de production : 2021
4.5/10

Army of Thieves, le prime immagini del prequel di Army of the DeadParfois il existe des prequels qui n’ont que le nom. Parce que le lien qu’Army of Thieves possède avec Army of the dead est très mince, si ce n’est le titre et un personnage commun aux deux films. À croire que le seul gagnant dans l’histoire est l’acteur Matthias Schweighöfer qui devient en plus ici le réalisateur. Par sa mise en scène soignée et sa photographie classieuse, Army of Thieves n’a pas à rougir sur ces points de son « sous statut » par rapport au film original. Par contre l’intérêt scénaristique est très maigre. Les zombies sont partiellement sous-entendus à travers quelques reportages TV qui passent en arrière-plan et le film n’est au final qu’un vulgaire film de « casse ».

Au début, ce n’est pas mal. L’historique des coffres-forts, qu’il soit vrais ou faux, est assez intéressant. Conté avec son accent allemand, paradoxalement plutôt agréable, Dieter, un jeune Allemand passionné par les coffres-forts, va se lancer dans une aventure classique, en tout cas au cinéma. Mais le problème est que même si on a du plaisir à voir un casse propre, même si un peu simpliste et classique, la redondance s’installera bien trop vite avec une redite des casses 2 et 3. On s’attend à avoir un grand final avec un peu de changement, mais malheureusement le renouvellement des ouvertures de coffre est assez pénible. On retrouve quasi les mêmes scènes face à un ingénieur aux facultés auriculaires hors norme. Alors même si les intégrations numériques des mécanismes des coffres sont très jolies, il n’empêche que ça manque de réalisme, tout est surfait. Surtout quand on voit la complexité des mécanismes en comparaison de la simplicité des ouvertures des coffres, rien qu’avec une bonne écoute et une bonne symbiose (et des caresses) entre l’homme et la machine. Mais le principal souci c’est que rien de tout ça n’a de sens. Les personnages veulent ouvrir trois coffres mais ça n’a strictement aucun intérêt parce qu’à chaque fois ils volent juste une petite partie du butin. Et même si c’est pour le sport, à quoi bon de se donner autant de mal pour rien…

Jonathan Cohen jouant l’agent Delacroix d’Interpol est assez mauvais. Il semble faire tout de travers et son charisme laisse à désirer. C’est plaisant de voir des Frenchy passer sur des tournages outre-Atlantique mais il semblerait que leur gestion laisse parfois à désirer. En effet, un agent d’Interpol qui frappe les suspects, se livre à une vendetta personnelle et reste totalement incompétent et bien ça peut faire rapidement grincer des dents. on est loin du héros principal, drôle malgré lui, avec qui les amitiés et les trahisons se succèdent.

Army of Thieves reprend tous les codes du film de casse classique et ne nous réserve ainsi aucune surprise. Un film redondant avec un manque flagrant d’intérêt. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.