Colère des titans (La) (2012)

La Colère des Titans

Réalisé par Jonathan Liebesman

Avec Liam Neeson, Sam Worthington, Ralph Fiennes
Pays:  Espagne,   États-Unis
Genres : Action, Aventure, Fantastique
Durée : 1 h 27 min
Année de production : 2012
3/10

Ah c’est sur qu’il y a de quoi être en colère. Pas que je m’attendais à un grand film mais au moins tenter d’être un peu meilleur que le premier opus qui était déjà juste moyen. C’est brouillon à souhait, c’est mal réalisé, bien que Liebesman avait pas mal maitrisé son World Invasion : Battle Los Angeles.

Les répliques à deux balles ne font pas bonnes figures, et ne relève pas le niveau du scénario. On arrive à s’en foutre totalement des filiations entre les personnages, on attend juste un peu de la scène qui dépote, histoire d’éviter de trop s’ennuyer. On a le droit quand même à la fin a un peu de sable dans les yeux avec de multiples explosions mais ca ne suffira pas pour prendre plaisir à découvrir le monde mythologique grecque que veux nous offrir le réalisateur.

La galerie de monstre légendaire ne feront pas faiblir les inoubliables et révolutionnaires effets spéciaux de Ray Harryhausen de la première version. Heureusement on a encore un peu d’effet pyrotechnique en plateau mais ça reste trop faibles comparé au nombreux CGI. Sam Worthington est sa choucroute sur la tête semble courir droit vers du blockbuster décérébré. Liam Neeson et Ralph Fiennes se sont foutus dans une drôle de galère. La seule bonne chose pour eux deux c’est leur ressemblance en tant que frère/dieu.

Le premier opus se suffit à lui même, cette suite n’apporte rien, si ce n’est au final cataloguer la saga dans les belles bouses du cinéma. D’ailleurs la question a se poser c’est de savoir si la mythologie est facilement transposable au cinéma? A priori difficilement, même en 1980. La conséquence d’une réalisation bâclée, d’un scénario risible et d’un budget de 150 000 000 de $ est-elle préjudiciable? Selon les chiffres en France, oui, le succès n’est pas à la hauteur des attentes, mais au niveau international le film double son budget. Comme quoi dès qu’il y a terme budget et suite, les studio ne prennent finalement peu de risque.

Enfin bon, succès ou non le film est à oublier, autant le premier on aurait pu le conseiller un dimanche soir à 22h30, autant celui-ci est même pas divertissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.