Rebelle (2012)

Rebelle

Réalisé par Mark Andrews, Steve Purcell, Brenda Chapman

Avec Kelly Macdonald, Julie Walters, Billy Connolly
Pays:  États-Unis
Genres : Action, Aventure, Animation, Comédie, Fantastique, Familial
Durée : 1 h 40 min
Année de production : 2012
8/10

Depuis l’origine de Pixar, je crois qu’il y a aucun film que je n’ai pas vu au cinéma, mais celui-là j’ai fait l’impasse car beaucoup faisait référence à Dragons, sublime film de la part de Dreamworks qui se suffit à lui même, et le coté médiéval ça ne m’emballait guère. Mais finalement le parallèle avec le film de Dreamworks est illusoire, excepté le contexte du film avec lequel on l’associe.

Ce Pixar est plein d’humour, l’animation est toujours excellente (ca ne devrait même plus être à dire) et l’histoire très sympathique. Cependant on peut être déçu de voir que ce film, qui au premier abord très adulte, se retrouve être un dessin animé pour les grands mais aussi pour les petits. S’approchant significativement de l’histoire de Frères des Ours, avec un humain transformé en grosse bête poilus, on peut reprocher un petit manque d’inspiration des studios. Même si c’est l’animal vivant le plus terrifiant, ils auraient pu trouver un animal qui ne se rapproche pas du film de Disney.

Hormis cette intrigue « miroir » qui prend la majorité du film, on s’amuse à découvrir les aventures de Merida, et tous les personnages secondaires. On a le père charismatique, avec un graphisme hors-norme, la mère toute fluette (elle a du ramasser comme Ms Parr des Indestructibles ) et les trois gosses tout aussi mignons que rigolos (on retrouve le schéma des personnages secondaires drôles comme Scrat ou les Minions). Avec ça, on a des personnages tous plus farfelus les uns que les autres, surtout les trois prétendants qui ont tous un trait de caractère et physique différent. La sorcière aussi vaut son coup d’œil. L’approche mystique des croyances des feux follets sont le seul point qui me laisse septique, mais bon c’est ça aussi qui fait partie de la magie du dessin animé!

La réalisation ne laisse pas de temps mort, et Pixar revient à un format plus court sans aller au delà des 100 minutes. La morale est toujours de mise, mais le spectacle n’en est pas moins gâché, c’est plaisant et drôle. La scène de l’ours vers la fin a fait frémir ma fille, j’ai entendu un « papa » de peur, mais c’est suffisamment court pour passer à la suite et ainsi être abordable aux plus jeunes.

Après Raiponce, Mérida, au visage moins gracieux, met en avant une héroïne plein de courage et d’audace dans un monde de rustres gaillards et ainsi arrive à toucher un plus grand publique (les filles!). Encore un excellent Pixar, pas le meilleur mais toujours divertissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.