Braquage à l’anglaise (2008)

Braquage à l'anglaise

Réalisé par Roger Donaldson

Avec Jason Statham, Saffron Burrows, Stephen Campbell Moore
Pays :  Royaume-Uni,   États-Unis
Genres : Crime, Drame, Thriller
Durée : 1 h 51 min
Année de production : 2008
7.5/10

Tout ce que fait Donaldson j’aime bien avec ses divers genres que ce soit Le pic de Dante, La recrue ou la mutante. De nouveau il change son fusil d’épaule avec cette fois-ci une histoire basée sur des faits réels qui a du bousculer l’Angleterre il y a quelques décennies.

Statham a été engagé pour faire autre chose que du Statham, et quand le réalisateur dit ça on a du mal à le croire. Mais oui, Jason Statham arrive à ne pas jouer qu’avec ses poings et ses pieds. D’ailleurs il n’y a qu’une seule et unique scène où il tabasse du vieux pas gentil. Le reste il reste actif mais courtois et rend d’autant plus crédible son histoire qui repose sur du vrai.

La première partie s’attèle au casse de la banque, nous faisant penser à l’histoire de Spaggiari survenue en 1976 (soit 5 ans plus tard) à Nice (Adaptation cinéma sortie la même année que ce film). Mais là où le film prend le spectateur (comme il a pris les politiques) par surprise c’est sur sa seconde partie. En effet, outre l’argent, l’or et les bijoux qui ont été vandalisés, des papiers et des photos compromettantes ont été vus et prises. De quoi retourner le pays tout entier. D’ailleurs le gouvernement exigera une demande exceptionnelle « D-Notice » de ne rien publier sur le sujet pouvant compromettre la sécurité de l’Etat après quelques jours du casse.

Et c’est là que toute la tension monte, les enjeux politiques, sexuelles et financiers sont dans les mains des malfrats qui finalement vont avoir le bon rôle, bien moins pourris que certains autres. Toute cette tension monte crescendo, les interventions s’entrecoupent, les personnages se multiplient et c’est cette scénarisation précise qui fait mouche sans perdre le spectateur. Statham ou un autre aurait très bien pu réussir à prendre le rôle. Toute les manipulations ambiguës certainement romancées sont du à une histoire palpitante et vraie.

Un film de casse mais aussi d’enjeux qui nous rend le film de plus en plus complet dans son avancement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.